Coronavirus : plus de 110 millions d'emplois ont disparu à l'échelle mondiale

Coronavirus : plus de 110 millions d'emplois ont disparu à l'échelle mondiale
cv cadre embauche travail entreprise patron dirigeant

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 08 juillet 2021 à 11h53

Le nombre de chômeurs et la durée du chômage ont progressé depuis le début de la pandémie.

Le nombre de chômeurs et la durée du chômage ont progressé depuis le début de la pandémie.

L'emploi se redresse lentement à l'échelle de la planète, et l'OCDE perçoit "une lumière au bout du tunnel" dans son rapport publié jeudi. "L'aide sans précédent mobilisée par les pays au moyen des dispositifs de maintien dans l'emploi et de garantie de revenu a permis de sauver jusqu'à 21 millions d'emplois et d'aider de nombreux ménages à surmonter la pandémie", écrit l'Organisation de coopération et de développement économiques.

Elle estime qu'à la fin de l'année 2020, environ 114 millions d'emplois avaient disparu dans le monde. La zone OCDE, qui regroupe 37 pays dont les plus riches de la planète, comptait pour sa part près de 20 millions d'emplois supprimés. Et s'il a reculé depuis 2020, le taux de chômage reste plus élevé qu'en 2019, à 6,6% au mois de mai 2021 - contre 5,3% en décembre 2019.

Davantage d'inactifs

La crise semble aussi avoir laissé de nombreuses personnes sur le côté de la route. "On compte aujourd'hui 14 millions d'inactifs de plus dans l'OCDE qu'en 2019", selon le rapport. Il s'agit de profils sans emploi, et qui ne cherchent pas non plus de travail.

"Mais la crise actuelle offre aussi l'occasion unique de reconstruire des marchés du travail plus résilients, en s'attaquant aux problèmes structurels de longue date qui ont été exacerbés par la pandémie de COVID-19", espère l'OCDE.

Exemple des Etats-Unis

Elle se félicite que les pays mobilisent des ressources sans précédent pour étayer la reprise au cours des cinq à dix prochaines années. "Ainsi, les États-Unis se sont engagés à dépenser plusieurs milliers de milliards de dollars, tandis que l'Union européenne emprunte pour la première fois au nom de ses États membres pour étayer des plans de relance et de résilience nationaux souvent ambitieux. Pour favoriser le retour à l'emploi, il faut investir dans la productivité et les emplois", conclut l'organisation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.