Coronavirus : pour Jean-Michel Blanquer, "le droit de retrait ne s'applique pas" dans ces circonstances

Coronavirus : pour Jean-Michel Blanquer, "le droit de retrait ne s'applique pas" dans ces circonstances©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 05 mars 2020 à 11h03

Certains enseignants notamment dans l'Oise, l'un des principaux foyers de l'épidémie de coronavirus en France, ont exercé leur droit de retrait.

Les professeurs des écoles peuvent-ils exercer leur droit de retrait face à l'épidémie de Covid-19 ? Alors que plusieurs syndicats d'enseignants ne comprennent pas pourquoi certains établissements restent ouverts malgré leur proximité avec la zone touchée par le coronavirus, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a tenu à rappeler que ce dispositif ne doit s'exercer que de manière exceptionnelle.

Sur 'BFMTV' ce jeudi, il assure en effet que "les études juridiques sont très claires sur ce point... Le droit de retrait ne s'applique pas dans des circonstances" comme la situation liée au coronavirus à ce stade en France, qui recense désormais 285 personnes contaminées.

Toutefois, "qu'une personne ayant des fragilités immuno-déficitaires particulières n'aille pas au travail pour des raisons établies pour son médecin, ça, oui, c'est tout à fait possible", a-t-il ajouté.

150 établissements scolaires fermés

Cette mise au point du ministre de l'Education intervient alors que certains enseignants dans l'Oise, l'un des principaux foyers de l'épidémie de coronavirus en France, ont exercé leur droit de retrait, entraînant la fermeture de plusieurs établissements. Quelque 25.000 élèves n'ont pas pu se rendre en classe depuis le début de la semaine, et ce jusqu'au 14 mars.

"Quand vous additionnez collèges et lycées, nous avons à l'heure actuelle 150 établissements scolaires fermés" dans l'Hexagone, a indiqué Jean-Michel Blanquer, qui précise que le département du Morbihan (Bretagne) est également touché par ces fermetures d'école.

"Il n'est pas prévu de fermer les écoles et les universités"

"Dans tous les scénarios que nous avons, il n'est pas prévu de fermer les écoles", a également affirmé le ministre. Mais dans le cas où l'épidémie de coronavirus passe le stade 3, "au cas par cas, certains établissements pourraient être fermés", a-t-il précisé.

Interrogé également sur la situation en Italie, pays le plus touché par l'épidémie de Covid-19 en Europe (107 morts pour 3.089 cas), et où tous les établissements scolaires et universitaires resteront fermés jusqu'au 15 mars, Jean-Michel Blanquer a estimé que cette stratégie n'était pas "adéquate" dans l'Hexagone.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.