Coronavirus : report de la réforme de l'indemnisation du chômage

Coronavirus : report de la réforme de l'indemnisation du chômage©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 16 mars 2020 à 10h30

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a annoncé que la réforme de l'indemnisation du chômage sera reportée au 1er septembre.

La réforme de l'indemnisation du chômage n'entrera pas en vigueur le 1er avril, comme prévu... Alors que les syndicats réclamaient depuis plusieurs semaines le report, voire l'abandon, des nouvelles règles de l'assurance chômage en cette période d'épidémie de coronavirus, le gouvernement va, en partie, répondre favorablement à leurs demandes.

Ainsi, "les règles qui devaient changer au 1er avril ne changent plus au 1er avril, et sont reportées au 1er septembre", en raison de la "situation exceptionnelle" dans laquelle se trouve le pays, a indiqué ce lundi la ministre du Travail Muriel Pénicaud, invitée de 'BFMTV/RMC'.

Un décret doit être publié dans les 48 heures à ce sujet. Pour rappel, le 1er avril, devait entrer en vigueur la deuxième vague de modification des règles de calcul de l'allocation chômage dans le cadre de la réforme de l'assurance chômage.

Soutien aux travailleurs précaires

"Les travailleurs précaires, ceux qui alternent les petits contrats, vont être les premiers touchés. A chaque fois qu'il y a une difficulté économique - et là, elle est là et ce n'est que le début - ce sont les travailleurs précaires qui paient le plus cher tribut", avait déploré le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger sur 'franceinfo', alors que de nombreux secteurs "comme le tourisme, la restauration ou l'événementiel" sont déjà fortement impactés.

Selon le syndicat, qui salue la décision de reporter l'entrée en vigueur des règles d'assurance chômage, la réforme aura "de terribles conséquences pour des centaines de milliers personnes qui travaillent en cumulant des contrats de courte durée".

Le premier volet de la réforme était entré en vigueur le 1er novembre, avec notamment un durcissement de l'ouverture des droits et de leur rechargement.

Un "système similaire au chômage partiel" pour les employés à domicile

Muriel Pénicaud a également affirmé que "depuis la décision du Premier ministre de fermer les commerces non alimentaires, ainsi que les bars et les restaurants, 2 millions de salariés sont en chômage partiel". "Nous avions déjà plus de 100.000 demandes avant", a-t-elle précisé. "Si vous êtes en difficulté économique, complète ou partielle, ne licenciez pas ! Mettez tout le monde au chômage partiel. Sinon, c'est la casse sociale", a-t-elle demandé aux employeurs.

Par ailleurs, la ministre a annoncé la mise en place d'un "système similaire au chômage partiel" pour les personnes employées à domicile (assistantes maternelles, femmes de ménage...). Elles recevront 80% de leur salaire par l'employeur. "C'est l'employeur qui fait l'avance et on leur remboursera à travers le Cesu . On fait un système comme le chômage partiel. Nous prendrons le décret dans les heures qui viennent, pour que ce soit opérationnel cette semaine", a-t-elle assuré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.