Coronavirus : selon Thomas Piketty, Emmanuel Macron a "déjà" augmenté les impôts

Coronavirus : selon Thomas Piketty, Emmanuel Macron a "déjà" augmenté les impôts©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 15 juin 2020 à 16h20

L'économiste a taclé Emmanuel Macron et sa politique fiscale, assurant que les impôts ont bel et bien augmenté avec la prolongation d'un prélèvement destiné à rembourser la dette sociale...

Emmanuel Macron se trompe, selon Thomas Piketty... Au lendemain de l'allocution du président de la République sur la nouvelle phase de déconfinement en France, l'auteur du best-seller "Le Capital au XXIe siècle" est revenu sur les propos du chef de l'Etat, selon lesquels il n'y aura pas de hausse des impôts malgré la crise du coronavirus. Or, pour l'économiste, une hausse d'impôts a déjà eu lieu.

"Ce qui m'embête, ce sont tous les non-dits... Il nous dit, par exemple : 'Je ne vais pas augmenter les impôts'. Sauf qu'en fait, on les a déjà augmentés", a-t-il affirmé ce lundi au micro de 'France Inter'.

Thomas Piketty fait en fait allusion à la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS). Créée en 1996 dans le but de résorber l'endettement de la Sécurité sociale, cette contribution équivaut à un prélèvement de 0,5 % sur tous les revenus des Français.

La CRDS prolongée jusqu'en 2033

"La CRDS est un bout de CSG mais qui représente quand même 0,5% prélevés chaque mois sur tous les salaires, des plus bas jusqu'aux plus hauts", explique l'économiste, rappelant que "normalement, ça devait s'arrêter en 2023, c'est-à-dire, tout le monde aurait une augmentation de salaire ou de retraite de 0,5%".

Mais comme l'avait expliqué 'La Croix', la CRDS va être prolongée de 10 ans, jusqu'en 2033, alors que le gouvernement souhaite financer le déficit de la Sécurité sociale avec cette prolongation. Ce projet de loi est discuté ce lundi à l'Assemblée nationale.

Appel à un "Impôt sur la fortune rénové"

Alors que 500 milliards d'euros ont été dépensés pour faire face à la crise, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a tenu également à insister sur le fait qu'il n'y aura pas d'augmentation des impôts. Cela "décourage l'activité économique" et "tue la confiance des ménages", a-t-il expliqué sur 'BFMTV'. Mais pour l'économiste, cette engagement signifie d'abord que le gouvernement ne souhaite pas rétablir l'impôt sur la fortune (ISF).

"Mais quand il s'agit d'augmenter l'impôt pour tous les Français, ou même sur le patrimoine... Il y a des impôts qui augmentent", a affirmé Thomas Piketty, évoquant notamment la taxe foncière. Il s'agit, selon lui, d'un impôt "très lourd, extrêmement injuste, qui augmente d'année en année". "L'ISF corrigeait un peu ça, et ça a été supprimé", alors qu'"un impôt sur la fortune des 1% les plus riches devrait rapporter au moins 10 milliards d'euros", a-t-il estimé, appelant à "un ISF rénové" avec des feuilles d'imposition "pré-remplies" sur les patrimoines pour éviter les sous-déclarations...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.