Coronavirus : un arrêt de mort pour les boîtes de nuit ?

Coronavirus : un arrêt de mort pour les boîtes de nuit ?
boîte de nuit

Boursier.com, publié le lundi 22 juin 2020 à 11h02

Les cinémas et les salles de jeux peuvent rouvrir leurs portes ce lundi, mais pas les discothèques. Les professionnels de la nuit ne comprennent pas.

Les casinos et les cinémas rouvrent leurs portes ce lundi, et à partir du 11 juillet, ce sera au tour des événements sportifs et des salles de spectacles de reprendre vie : ils seront autorisés à accueillir entre 1.500 à 5.000 personnes maximum.

Une "injustice probante" pour les patrons de boîtes de nuit, qui vont devoir rester fermés jusqu'au mois de septembre. "En France, on dénombre 40 discothèques qui peuvent accueillir plus de 1.000 personnes", rappelle dans un communiqué l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH).

Des match de foot mais pas de piste de danse

"Comment comprendre que l'on garde fermées les discothèques ou les bars de nuit, alors même que le préfet de Paris autorise (...) que des matchs de foot vont à nouveau avoir lieu avec des milliers de spectateurs ?", s'interroge l'organisation patronale, qui représente une partie des 1.500 discothèques françaises. "Comment comprendre que cet été les Européens pourront faire la fête et danser, dans certaines villes européennes mais pas en France ?"

L'UMIH et sa branche UMIH Nuit ont fait des propositions de protocoles sanitaires au gouvernement mais le silence de l'exécutif s'apparente à "une grande claque pleine de dédain".

Les patrons n'ont pas le moral

L'inquiétude monte du côté des patrons. Selon des chiffres dévoilés par le 'Journal du dimanche', près d'un tiers des patrons de boîtes interrogés par l'autre syndicat patronal du secteur, le SNDLL, estiment qu'ils ne se remettront pas du coronavirus et 10% envisagent de stopper leur activité. En France, les discothèques représentent entre 25.000 et 30.000 emplois directs, et même 55.000 en ajoutant les bars de nuit.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.