Coronavirus : un "risque pour l"économie mondiale", répète Bruno Le Maire

Coronavirus : un "risque pour l"économie mondiale", répète Bruno Le Maire©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 26 février 2020 à 10h45

"L'impact économique, je l'ai évalué à 0,1 point de croissance en moins pour la France en 2020. Je confirme ce chiffre", déclare le ministre de l'Economie.

Le coronavirus pèse sur l'économie française et la Banque de France va probablement revoir à la baisse sa prévision de croissance pour 2020, a indiqué mardi son gouverneur François Villeroy de Galhau. Cette prévision est actuellement de 1,1%.

Mercredi, c'est au tour du ministre de l'Economie et des Finances de répéter que l'épidémie va avoir des conséquences. "L'impact économique, je l'ai évalué à 0,1 point de croissance en moins pour la France en 2020. Je confirme ce chiffre, je n'ai pas de nouvelle évaluation mais nous suivons la situation au jour le jour", a déclaré Bruno Le Maire sur la chaîne Public Sénat.

"Une vraie inquiétude"

"Oui il y a un risque pour l'économie mondiale. Il y a une vraie inquiétude", a-t-il poursuivi, alors qu'il rentre du G20 des ministres des finances qui se tenait à Ryad.

Il y aura beaucoup moins de touristes chinois en France, a-t-il redit. Ils sont environ 2,5 millions à prendre des vacances dans l'Hexagone chaque année, et ce chiffre devrait baisser de 30 à 40% selon lui, surtout en région parisienne, sur la Côte d'Azur et autour de la Bourgogne, leurs régions favorites.

Risques pour l'industrie

"Aujourd'hui vous avez des chaînes d'approvisionnement qui sont tout simplement coupées. Lorsque l'industrie automobile a besoin de pièces pour ses freins par exemple, elle na va pas les trouver car une très grande partie est produite en Chine. Vous avez des problèmes également de logistique, parce que beaucoup de ports chinois tournent au ralenti ou ne tournent plus du tout", a expliqué Bruno Le Maire.

Mardi, le gouverneur de la Banque de France a jugé qu'il n'y avait actuellement pas besoin, du côté de la Banque centrale européenne, de prendre de nouvelles mesures de politique monétaire pour faire face aux conséquences de l'épidémie de coronavirus.

"Il s'agit essentiellement d'un choc négatif du côté de l'offre et cela a pour conséquence que nous ne devrions pas exagérer le niveau d'adéquation d'une réponse de politique monétaire", a estimé François Villeroy de Galhau.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.