Coronavirus : une seconde vague "hautement probable" cet automne ou cet hiver en France

Coronavirus : une seconde vague "hautement probable" cet automne ou cet hiver en France
vue des Champs elysées

Boursier.com, publié le mardi 04 août 2020 à 11h05

Un "confinement local" plus ou moins important en fonction de l'épidémie doit faire l'objet d'une préparation dans les zones à forte densité de population, prévient le Conseil scientifique.

Le Conseil scientifique mis en place par le gouvernement français pour lutter contre le coronavirus juge "hautement probable qu'une seconde vague épidémique soit observée à l'automne ou hiver prochain".

"La France se trouve dans une situation contrôlée mais fragile, avec une recrudescence de la circulation du virus cet été. L'avenir de l'épidémie à court terme est en grande partie entre les mains des citoyens", notent ses membres dans un avis remis le 27 juillet au gouvernement et publié par le ministère de la Santé.

Anticiper

"Il est hautement probable qu'une seconde vague épidémique soit observée à l'automne ou à l'hiver prochain. L'anticipation des autorités sanitaires à mettre en place opérationnellement les plans de prévention, de prise en charge, de suivi et de précaution est un élément majeur."

L'enjeu des "20 grandes métropoles", dans lesquels les risques de propagation du virus sont important, est essentiel. Un "confinement local" plus ou moins important en fonction de l'épidémie doit faire l'objet d'une préparation dans ces zones à forte densité de population.

Les contaminations accélèrent

Le port du masque a été rendu obligatoire dans les rues de centaines de villes du pays ces derniers jours. La France a enregistré 3.376 nouvelles contaminations au COVID-19 de samedi à lundi, soit plus de 1.100 cas supplémentaires chaque jour en moyenne, montrent des données publiées lundi par Santé publique France (SPF), pour un total de 191.295 dépistages positifs depuis le début de l'épidémie.

Selon la Direction générale de la Santé, 30.294 décès imputés au nouveau coronavirus ont été comptabilisés en France depuis le 1er mars, soit 29 morts de plus que dans son bilan de vendredi. SPF dit de son côté que 22 décès de plus ont été enregistrés en 24 heures dans les établissement hospitaliers.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.