Coronavirus : une vingtaines de manifestations contre la fermeture des lieux culturels

Coronavirus : une vingtaines de manifestations contre la fermeture des lieux culturels
vide coronavirus

Boursier.com, publié le mardi 15 décembre 2020 à 10h20

"L'exception culturelle, ce n'est pas l'exception sanitaire", se défend Jean Castex pour justifier le maintien de la fermeture des lieux culturels.

Une vingtaine de manifestations sont programmées aujourd'hui en France, contre la fermeture des lieux culturels, en lien avec la pandémie de coronavirus. Lors de l'instauration du deuxième confinement, fin octobre, le gouvernement avait évoqué une possible réouverture des cinémas, des théâtres et des musées le 15 décembre, mais face à la persistance de la pression épidémique, le Premier ministre a annoncé jeudi dernier qu'ils resteraient fermés jusqu'au 7 janvier au moins, alors que les commerces ont été autorisés à rouvrir le 28 novembre.

Une manifestation aura lieu dans l'après-midi à Paris contre cette décision, qui sera par ailleurs contestée en justice. Une procédure d'urgence a été lancée devant la plus haute juridiction administrative du pays, le Conseil d'Etat. Plusieurs centaines de directeurs et directrices de théâtres soutiennent cette idée.

Enveloppe supplémentaire

"L'exception culturelle, ce n'est pas l'exception sanitaire", a déclaré mardi Jean Castex pour justifier le maintien de la fermeture des lieux culturels dans le cadre des mesures de lutte contre le COVID-19.

Le Premier ministre a par ailleurs confirmé qu'une enveloppe supplémentaire de 35 millions d'euros serait accordée au ministère de la Culture pour lui permettre d'aider le secteur. "Il n'y avait pas d'autre alternative", a assuré Jean Castex, au micro d'Europe 1, évoquant la stagnation de l'épidémie.

A la revoyure

"On va accompagner ce secteur. On va les indemniser. Une rallonge de 35 millions sera accordée au ministère de Culture. Nous allons préparer avec (les représentants du secteur de la culture) les conditions de l'avenir", a-t-il poursuivi.

"On leur a fixé une clause de revoyure le 7 janvier. Ils vont y travailler avec la ministre et voir comment, si les conditions épidémiologiques se stabilisent et s'améliorent, on pourra envisager progressivement leur réouverture", a ajouté le chef du gouvernement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.