Coronavirus : vers un déficit public à 3,9% du PIB en 2020, selon Bercy

Coronavirus : vers un déficit public à 3,9% du PIB en 2020, selon Bercy©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 17 mars 2020 à 21h20

"Si j'ai toujours défendu le sérieux budgétaire en temps de paix, c'est pour que la France n'ait pas à lésiner sur les moyens en temps de guerre", justifie Gérald Darmanin. Le PIB de la France devrait se contracter de 1% cette année.

Le déficit public de la France va bondir cette année à 3,9% de son produit intérieur brut en raison de l'impact économique de l'épidémie de coronavirus, déclare mardi le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, cité par le quotidien 'Les Echos'. Le gouvernement tablait jusqu'à présent sur un déficit de 2,2% du PIB à la fin de l'année...

"Si j'ai toujours défendu le sérieux budgétaire en temps de paix, c'est pour que la France n'ait pas à lésiner sur les moyens en temps de guerre", explique-t-il dans un entretien publié par le quotidien économique.

Vers une baisse du PIB de 1% en 2020

Plusieurs éléments entrent en compte dans ce nouveau calcul. D'abord, Bercy a fortement révisé à la baisse sa prévision de croissance économique pour cette année, en baisse de -1% contre une hausse de 1,3% du PIB il y a quelques mois.

Ce recul aura "un impact évident sur la rentrée des recettes" écrivent 'Les Echos'. Le plan d'urgence de 45 milliards d'euros mis en place pour aider les entreprises et les salariés (chômage partiel, report de charges etc.) devrait lui aussi peser très lourd dans la balance...

Quant à la dette publique, elle dépassera la barre des 100% du PIB cette année, en raison de la crise du coronavirus, a indiqué le ministre de l'Action et des Comptes publics. "Nous aurons l'occasion de préciser ce chiffre d'ici la mi-avril et la présentation de notre programme de stabilité à la Commission européenne. On sera, quoi qu'il arrive, au-dessus de la barre des 100% du PIB pour notre endettement".

"Quand la maison brûle, on ne compte pas les litres d'eau pour éteindre l'incendie

Justifiant une hausse des dépenses publiques en cas de situation exceptionnelle, Gérald Darmanin a affirmé que "quand la maison brûle, on ne compte pas les litres d'eau pour éteindre l'incendie. Je ne suis pas en position de comptable, mais de financeur de l'effort de guerre".

"Aujourd'hui, nous sortons tous les moyens pour que les travailleurs ne connaissent pas une crise économique et sociale après une crise sanitaire. Mon travail de ministre des Comptes publics est de travailler à ce que cet effort soit financé, et c'est ce que je fais", a-t-il conclu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.