Coronavirus : vers une hausse du prix des masques chirurgicaux ?

Coronavirus : vers une hausse du prix des masques chirurgicaux ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 22 mai 2020 à 10h41

Alors que l'encadrement du prix des masques chirurgicaux à usage unique, jusqu'ici plafonné à 95 centimes d'euro l'unité, devait prendre fin ce samedi, le gouvernement a finalement décidé de le prolonger...

Non, le prix du masque chirurgical ne pourra pas être vendu plus cher à partir de ce samedi... Depuis le 2 mai, les revendeurs ne peuvent les vendre à plus de 95 centimes l'unité et 80 centimes pour les ventes en gros. Alors que cet encadrement devait cesser ce samedi, le gouvernement a finalement décidé de le prolonger "jusqu'à la fin de l'état d'urgence sanitaire", c'est-à-dire le 10 juillet, même si des décrets ministériels pourront corriger à la marge le prix en cas d'évolution du marché.

Ce nouveau décret "prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de Covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire" est paru au Journal officiel ce vendredi, alors que certains redoutaient une hausse des prix.

Sur son compte Twitter, la présidente du groupe Socialistes et apparentés à l'Assemblée nationale Valérie Rabault avait demandé : "Le gouvernement compte-t-il prolonger cet encadrement ? Il n'a jamais répondu à aucune de nos questions".

Pas d'encadrement pour les masques réutilisables

A noter que cet encadrement des prix ne concerne que les masques chirurgicaux à usage unique, pas les masques textiles. En effet, ces masques "grand public" réutilisables, correspondant aux nouvelles normes éditées par l'Afnor en mars n'ont jamais eu à respecter un plafond.

La secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher avait estimé que leur fixer un prix maximum risquerait de brider l'innovation. "Comparer les prix ne serait pas légitime", tant il existe de masques de qualités différentes, avait-elle affirmé début mai sur 'RTL'.

Le prix du gel hydroalcoolique restera aussi encadré

Mais "on va faire des enquêtes chaque semaine, avec des relevés de prix, circuit de distribution par circuit de distribution, et on va s'assurer qu'il n'y ait pas de dérive des marges. Et si effectivement on s'aperçoit qu'il y a une dérive, alors on prendra un arrêté de plafonnement", avait toutefois précisé la secrétaire d'Etat.

Par ailleurs, le prix du gel hydroalcoolique restera lui aussi encadré, alors que son plafond devait prendre fin le 31 mai prochain. Le nouveau décret publié vendredi prolonge cet encadrement jusqu'à la fin de l'état d'urgence, avec "un prix unitaire par flacon de 50ml maximum de 1,76 euro toutes taxes comprises" et "2,64 euros toutes taxes comprises" pour les flacons de 100ml notamment.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.