Couche-Tard et Carrefour "examineront des opportunités de partenariats opérationnels"

Couche-Tard et Carrefour "examineront des opportunités de partenariats opérationnels"
Carrefour
A lire aussi

Orange avec Boursier.com, publié le lundi 18 janvier 2021 à 07h29

Après l'opposition de l'Etat français formulée par Bruno Le Maire, Couche-Tard doit renoncer à ses ambitions de rapprochement amical avec Carrefour. Le groupe canadien devra se contenter de partenariats opérationnels...

Après l'opposition de l'Etat français formulée par Bruno Le Maire, Couche-Tard doit renoncer à ses ambitions de rapprochement amical avec Carrefour. Le groupe canadien devra se contenter de partenariats opérationnels...

La voix de Bruno Le Maire a pesé lourd dans les discussions préliminaires amorcées entre le Canadien Alimentation Couche-Tard et le groupe français de distribution Carrefour... Lesdiscussions menées suite à la démarche amicale de Couche-Tard ont été interrompues "au vu des récents événements", expliquent les deux groupes dans un communiqué commun.

Malgré tout, le groupe français de distribution garde une oreille attentive à l'approche de Couche-Tard, puisque tous deux ont décidé de prolonger leurs discussions ""pour examiner des opportunités de partenariats opérationnels"".

Plusieurs domaines de coopération

Ainsi, les premiers domaines de coopération circonscrits seraient : le partage de bonnes pratiques dans la distribution de carburant, le développement d'achats en commun, des partenariats sur le développement et la commercialisation de marques de distributeurs, le partage d'expertise et le lancement d'innovations pour améliorer l'expérience client, et l'optimisation de la distribution de produits sur les géographies communes aux deux groupes.

Selon Alexandre Bompard, Président directeur général de Carrefour, il s'agit de "construire des partenariats innovants", "un point clef de la stratégie de transformation de Carrefour", pour "retrouver une voie de croissance rentable".

Couche-Tard devra se lever tôt !

Couche-tard doit donc renoncer ses ambitions immédiates sur Carrefour et, malgré les 3 milliards d'euros d'investissements envisagés sur 5 ans, se contenter de partenariats ponctuels obtenus avec l'assentiment Bercy sous couvert de défense des intérêts stratégiques de la France.

Dans l'attente de meilleures prédispositions françaises, Brian Hannasch, Président et chef de la direction de Couche-Tard, a réaffirmé les ambitions canadiennes de leadership international tout en affichant un satisfecit 'fair play'... "Les opportunités opérationnelles avec Carrefour nous permettront d'accomplir notre ambition de devenir un leader mondial de la grande distribution. Les domaines de coopération envisagées sont alignés avec notre plan stratégique, notre engagement à nous renforcer sur nos activités principales comme les formats de proximité et la distribution de carburant, et notre volonté d'explorer les multiples opportunités dans les zones de croissance associées", dit-il...

20 euros par action

Rappelons que Couche-Tard proposait 20 euros par action Carrefour, soit 16,35 milliards d'euros. Le groupe est le plus important employeur du secteur de la distribution en France.

En Bourse, l'action est sortie de sa léthargie ces dernières séances, pour terminer la semaine à 16,61 euros, en recul de 2,87% vendredi pour une capitalisation de 13,58 MdsE, soit environ 20% au-dessous du niveau de l'offre de Couche-Tard...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.