Coup d'envoi des soldes d'hiver sous couvre-feu

Coup d'envoi des soldes d'hiver sous couvre-feu
soldes mannequins

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 19 janvier 2021 à 16h20

Le gouvernement voulait donner un peu d'air aux commerçants, en repoussant un peu la période de rabais, mais le couvre-feu à 18h risque encore de compliquer la donne.

Le gouvernement voulait donner un peu d'air aux commerçants, en repoussant un peu la période de rabais, mais le couvre-feu à 18h risque encore de compliquer la donne.

Les soldes d'hiver démarreront mercredi en France, avec un peu de retard, crise sanitaire oblige... Face aux difficultés des commerçants, le gouvernement a en effet choisi de décaler la date initiale du 6 janvier de 15 jours. La demande avait été formulée par la Confédération des commerçants de France (CDF) et les Commerçants Artisans des Métropoles de France (CAMF).

"Les stocks de ces magasins sont au plus haut et payés depuis des semaines aux fournisseurs. Il est donc vital pour ces commerces de pouvoir vendre au 'juste prix', sans réduction de prix, pendant plusieurs semaines d'hiver afin de pouvoir reconstituer de la trésorerie et assumer les charges leur incombant", avaient expliqué les deux entités au début du mois de décembre.

Un peu d'air...

Il s'agit donc d'une "façon de donner un peu d'air aux petits commerçants", selon la formule du ministre de l'Economie Bruno Le Maire il y a quelques jours. Problème : les boutiques vont devoir jongler avec une nouvelle contrainte de taille, avec le couvre-feu programmé à 18 heures dans toute la France, qui modifie évidemment les habitudes des consommateurs.

De quoi inquiéter le Syndicat des Indépendants (SDI), dans un contexte d'extrême précarité des commerçants et artisans de proximité. "Nous ne pouvons à ce stade que contredire en tout point la récente affirmation d'Alain Griset pour qui le couvre-feu à 18 heures n'aurait qu'un impact marginal sur les chiffres d'affaires des commerçants et artisans de proximité, sauf à ce que monsieur Griset évoque in fine que l'activité restera morne quelle que soit l'heure de fermeture !", écrit Marc Sanchez, le secrétaire général du SDI, dans un communiqué.

Chute des revenus

"Après une année 2020 marquée par une baisse annuelle de chiffre d'affaires de 20% à 30% (ce qui correspond à la possibilité pour le dirigeant de se rémunérer) et un mois de novembre en confinement, près de 40% des commerçants interrogés dans notre dernier baromètre affirment que leurs stocks de marchandises sont supérieurs voire très supérieurs aux années antérieures", poursuit le SDI.

"La situation n'est pas tenable. Il est urgent que le gouvernement prenne conscience que les unités commerciales et artisanales, ces " non-essentiels " de proximité, ne sont plus au bord du gouffre mais y descendent !", alerte Alain Griset.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.