Covid-19 : 2.500 salariés ont demandé un arrêt maladie "immédiat"

Covid-19 : 2.500 salariés ont demandé un arrêt maladie "immédiat"
assurance maladie

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 12 janvier 2021 à 10h33

Depuis le 10 janvier, il est possible d'obtenir un arrêt de travail "immédiat" en cas de symptômes ou étant cas contact en s'inscrivant sur le site de l'Assurance maladie...

Depuis le 10 janvier, il est possible d'obtenir un arrêt de travail "immédiat" en cas de symptômes ou étant cas contact en s'inscrivant sur le site de l'Assurance maladie...

Spécialement créé pour le Covid-19, un arrêt de travail "sans délai de carence ni condition d'ouverture du droit" et ne nécessitant pas "un passage chez le médecin en amont" est entré en vigueur le 10 janvier dernier. Selon l'Assurance-Maladie, 2.500 salariés du privé et du public dans toute la France ont effectué la démarche en ligne sur le site Ameli lundi 11 janvier.

Pour rappel, ce dispositif avait été annoncé jeudi dernier par le Premier ministre Jean Castex. "Dès que vous avez des symptômes ou que vous êtes cas contact, il vous suffira de vous inscrire sur le site de l'Assurance maladie pour obtenir un arrêt de travail immédiat, indemnisé sans jour de carence", avait-il détaillé.

Concernant les démarches, le salarié doit se signaler sur le site "declareameli.fr"ou "declare.msa.fr", et recevra par la suite un récépissé à fournir à son employeur pour justifier son absence. Il a ensuite 2 jours pour réaliser un test PCR.

Dans le cas où le test est positif ?

Dans le cas où le test est positif, l'arrêt de travail est prolongé. S'il est négatif en revanche, l'arrêt de travail s'interrompt. A noter que les symptômes qui entrent dans le champ de ce dispositif sont, par exemple, la fièvre, la toux sèche, la fatigue, les courbatures, les maux de gorge...

Selon Jean Castex, cette mesure doit permettre de "gagner en efficacité" face à l'épidémie de Covid-19. Mais la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) ne voit toutefois pas d'un bon oeil cette mesure, estimant qu'"une telle disposition serait de nature à entraîner une très forte augmentation des arrêts maladie".

Un suivi systématique

Elle "ouvrirait la porte à un absentéisme incontrôlé risquant de désorganiser les entreprises", avait alerté l'organisation patronale, estimant que cela "revient à consacrer le caractère automatique de l'arrêt de travail en cas de symptômes supposés et ce, sans aucun contrôle médical ni test préalable".

Pour éviter les abus, l'Assurance maladie prévoit un suivi systématique, avec 2 à 3 appels téléphoniques sur 7 jours. Chaque personne déclarée positive se verra proposer à compter du 20 janvier une visite à domicile par un infirmier, comme l'avait indiqué le Premier ministre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.