Covid-19 : ce que contient le projet de "certificat vert numérique" de l'UE

Covid-19 : ce que contient le projet de "certificat vert numérique" de l'UE
ursula von der leyen, covid

Orange avec Boursier.com, publié le mercredi 17 mars 2021 à 15h57

Cet document "gratuit et temporaire" vise à "rétablir la liberté de circulation d'une façon sûre, responsable et digne de confiance" pour voyager cet été, a indiqué Ursula von der Leyern.

Cet document "gratuit et temporaire" vise à "rétablir la liberté de circulation d'une façon sûre, responsable et digne de confiance" pour voyager cet été, a indiqué Ursula von der Leyern.

La Commission européenne a présenté ce mercredi son projet commun pour permettre aux populations des Vingt-Sept de voyager plus librement cet été. Baptisé le "certificat vert numérique", le dispositif est doté d'un QR code à présenter sous forme digitale ou sur une feuille de papier pour ceux qui "ne disposent pas de smartphone", a précisé Ursula von der Leyern.

L'Union européenne souhaite mettre en place ce certificat pour prouver "qu'une personne a été vaccinée, a guéri récemment du Covid-19 ou a reçu des résultats négatifs à son test", alors que "le début de la campagne de vaccination en Europe a été rude, mais la bonne nouvelle est que nous avons fait de grands progrès depuis", a estimé la présidente de la Commission européenne en introduction de la présentation du projet.

Cet document "gratuit et temporaire", qui vise à "rétablir la liberté de circulation d'une façon sûre, responsable et digne de confiance", devra être présenté lors des contrôles aux frontières par un citoyen européen qui voyage sur le continent, quel que soit le moyen de transport (avion, train, voiture...).

Quelles informations ?

Lors du "Grand Rendez-vous" Europe 1-CNEWS-Les Echos dimanche dernier, le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton avait déjà donné des détails sur ce projet de certificat, pour une mise en place prévue "avant juin" car il est "primordial qu'on fasse tout pour préserver la saison touristique".

Il "sera valable dans tous les pays de l'Union européenne" et rédigé dans la langue de chaque pays et traduit en anglais, a-t-il détaillé. Comme prévu, le "passeport vert" contiendra des informations qui préciseront "qu'une personne a été vaccinée contre le Covid-19", avec un vaccin approuvé par l'Agence européenne des médicaments, a poursuivi Thierry Breton. Il permettra également d'indiquer "qu'elle a guéri, ou qu'elle a reçu un résultat négatif au test", a-t-il ajouté.

A noter que ce projet présenté par la Commission européenne ne doit pas être assimilé aux autres types de pass développés pour permettre la réouverture des lieux culturels, des bars ou encore des restaurants. En Israël par exemple, un "pass sanitaire" a été mis en place, qui permet, selon sa couleur (vert pour les personnes vaccinées et rouge pour les autres) de donner accès aux salles de sport, aux événements sportifs et aux restaurants...

"Sur une approche commune"

Dans un projet de communiqué que l'agence 'Reuters' avait pu consulter début mars, les "Vingt-Sept" avaient appelé à "poursuivre le travail sur une approche commune sur les passeports vaccinaux". Avec l'accélération du déploiement des vaccins contre le coronavirus, le concept de passeport vaccinal s'est imposé dans plusieurs pays européens.

Certains gouvernements - au premier rang desquels la Grèce et l'Espagne - ont poussé pour une adoption rapide d'un passeport vaccinal valable dans l'ensemble de l'UE. En revanche, plusieurs autres pays tels que l'Allemagne apparaissent davantage réticents à cette idée...

Des représentants ont prévenu que cela pourrait instaurer de facto une obligation de vaccination pour voyager et serait discriminatoire envers ceux ne pouvant ou ne désirant pas recevoir une injection du vaccin. D'autres opposants évoquent également le problème de la confidentialité des données et donc de la préservation du secret médical...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.