Covid-19 : confinement total dans 16 départements, dont Paris

Covid-19 : confinement total dans 16 départements, dont Paris
médecine hôpital

Orange avec Boursier.com, publié le vendredi 19 mars 2021 à 01h35

Dès vendredi minuit, l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, l'Eure, la Seine-Maritime et les Alpes-Maritimes seront confinés 7 jours sur 7 pour quatre semaines. Les sorties seront cependant autorisées et le couvre-feu passe à 19h partout en France.

Dès vendredi minuit, l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, l'Eure, la Seine-Maritime et les Alpes-Maritimes seront confinés 7 jours sur 7 pour quatre semaines. Les sorties seront cependant autorisées et le couvre-feu passe à 19h partout en France.

Face à la troisième vague de coronavirus qui engorge les hôpitaux, le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi soir un confinement, sept jours sur sept, pour au moins quatre semaines dans 16 départements de l'Ile-de-France (8 départements), des Hauts-de-France (5 départements), ainsi que l'Eure, la Seine-Maritime et les Alpes-Maritimes. Ces mesures, qui concernent environ 21 millions de personnes, pourraient être élargies à d'autres départements si la situation sanitaire le nécessitait.

Couvre-feu porté de 18h à 19h dans toute la France métropolitaine

Cette mesure entrera en vigueur vendredi à minuit dans les 16 départements concernés. Parallèlement, le couvre-feu maintenu pour tous les départements de France métropolitaine, mais il sera retardé à 19 heures à compter de samedi, pour s'adapter au passage à l'heure d'été, a précisé Jean Castex, lors d'une conférence de presse télévisée très attendue et qui avait donné lieu à de nombreuses conjectures...

"Le confinement le week-end qui s'applique dans les Alpes-Maritimes et le Pas-de-Calais depuis quelques semaines a eu un effet réel, mais insuffisant pour casser fortement la dynamique de l'épidémie", a souligné le chef du gouvernement pour justifier la décision d'un confinement généralisé dans les zones les plus tendues.

Sorties autorisées dans un rayon de 10 km sans limitation de durée

Dans les 16 départements concernés, le confinement sera accompagné de modalités un peu plus souples que les précédents confinement, notamment concernant les sorties possibles. Ainsi, il sera possible de sortir en journée "sans aucune limitation de durée" avec une attestation, à condition de rester dans un rayon de 10 kilomètres autour de chez soi.

En revanche, les "déplacements inter-régionaux seront interdits sauf motifs impérieux ou professionnels."

Un coût supplémentaire de 1,2 MdE mois

Ce reconfinement partiel du pays coûtera à l'Etat 1,2 milliard d'euros supplémentaires, dont 600 millions seront destinés à compenser une partie de la perte d'activité subie par les petites entreprises et les indépendants, a annoncé dans la soirée le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. 400 millions serviront à couvrir le chômage partiel, et 200 millions à des exonérations de charges, a précisé Bercy.

"L'impact des nouvelles restrictions sanitaires sur l'économie française est de 0,2 point de PIB annuel. Les mesures de soutien coûteront 1,2 milliard d'euros en plus par mois, soit 7,2 milliards d'euros en tout par mois", a dit Bruno Le Maire dans une déclaration à des journalistes.

Ecoles et commerces essentiels seront ouverts

Comme en mars et en novembre, seuls les commerces vendant des biens et des services de première nécessité seront autorisés à ouvrir. Les libraires et les disquaires pourront rester ouverts. Les écoles et collèges resteront aussi ouverts dans les 16 départements concernés par le confinement. Les lycées basculeront eux en demi-jauge, a précisé M. Castex.

Dans les entreprises, le recours au télétravail devra être généralisé dans toutes les entreprises, toutes les administrations qui le peuvent. "Au moins 4 jours sur 5 en télétravail, c'est l'objectif qu'il faut atteindre", a insisté le Premier ministre.

La vaccination avec AstraZeneca reprendra ce vendredi

Evoquant la campagne de vaccination en cours, Jean Castex s'est félicité de la confiance renouvelée par l'Agence européenne du médicament au vaccin d'AstraZeneca, qui avait été suspendu en raison de possibles effets secondaires graves.

La campagne de vaccination avec AstraZeneca reprendra "demain après-midi" en France, et le Premier ministre a indiqué qu'il se ferait lui-même vacciner dès ce vendredi avec ce vaccin, "pour montrer que nous pouvons avoir toute confiance".

"Gagner cette course contre la montre"

"Nous avons quasiment achevé la vaccination des résidents des Ehpad, qui représentent 1 % de la population française mais 30 % des décès dus à la Covid. Près de 45% de l'ensemble des personnes de plus de 75 ans ont reçu une première injection. C'est près d'une personne sur deux !" a indiqué le chef du gouvernement.

Jean Castex a répété son objectif "10-20-30" : au moins 10 millions de personnes vaccinées d'ici mi-avril, 20 millions d'ici mi-mai, et 30 millions d'ici mi-juin, soit "2/3 de la population de plus de 18 ans volontaires". "Nous mettons tout en oeuvre pour gagner cette course contre la montre, et nous allons y arriver", a-t-il martelé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.