Covid-19 : "Il est possible de réfléchir à allonger les vacances", affirme Gabriel Attal

Covid-19 : "Il est possible de réfléchir à allonger les vacances", affirme Gabriel Attal
Gabriel Attal, porte-parle du gouvernement.

Boursier.com, publié le jeudi 28 janvier 2021 à 10h48

Permettre aux enfants "de continuer à apprendre" a toujours "figuré dans nos priorités", mais avec l'émergence de variants du virus, "tous les scénarios sont sur la table", a estimé le porte-parole du gouvernement.

Si l'hypothèse d'un reconfinement pour faire face à l'épidémie de Covid-19 est évoquée depuis plusieurs jours, une autre idée a également fait son chemin, celle d'étirer les vacances scolaires. Interrogé sur les inquiétudes des parents d'élèves, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal affirme que "rien n'est exclu".

Si le gouvernement "a toujours comme boussole" de "permettre à nos enfants d'aller à l'école", un allongement des vacances de février fait en effet partie des pistes pour freiner l'épidémie du coronavirus, a-t-il indiqué sur 'France Inter' ce jeudi. "Il est évidemment possible de réfléchir à allonger les vacances d'un côté ou de l'autre", a-t-il précisé.

Permettre aux enfants "de continuer à apprendre" a toujours "figuré dans nos priorités", mais avec l'émergence de variants du virus, "tous les scénarios sont sur la table", a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

Des décisions seront prises "en fin de semaine"

Des décisions seront prises "en fin de semaine, après que nous avons vu les effets du couvre-feu à 18h", a confirmé Gabriel Attal précisant que "les annonces, s'il doit y en avoir, évidemment seront faites rapidement". A l'issue du conseil de défense sanitaire qui s'est tenu mercredi à l'Elysée, le porte-parole du gouvernement avait indiqué que le couvre-feu généralisé à 18h avait une "efficacité relative".

Cette mesure "freine dans une certaine mesure la circulation du virus", mais pas suffisamment, avait-il estimé, précisant que les effets de cette mesure pourront être "mesurés pleinement" à la fin de semaine, ajoutant que "l'épidémie de Covid-19 circule dans notre pays avec un plateau haut ascendant", a-t-il ainsi indiqué.

Un confinement "très serré" aurait "des effets rapides"

"Nous travaillons en anticipation de ce point d'étape qui sera fait" lors de l'examen des conséquences du couvre-feu, avait-il poursuivi, évoquant "plusieurs scénarios" à l'étude, "qui vont du cadre actuel", piste qu'il juge "peu probable", à un confinement très serré, qui a été abordé" mercredi matin.

Envisagé comme l'un des pistes, ce confinement "très serré" aurait "des effets rapides et efficaces pour freiner davantage la circulation du virus", a-t-il ajouté sur 'France Inter".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.