Covid-19 : l'OMS reprend ses essais sur l'hydroxychloroquine

Covid-19 : l'OMS reprend ses essais sur l'hydroxychloroquine©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 03 juin 2020 à 23h10

L'OMS va reprendre ses essais cliniques sur l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19. Une décision qui fait suite à une annonce de la revue 'The Lancet', qui prend désormais ses distances avec l'étude critique publiée dans ses colonnes...

Le feuilleton de l'hydroxychloroquine dans le traitement du coronavirus a connu mercredi une nouveau rebondissement. L'OMS a ainsi annoncé qu'elle reprenait ses essais sur l'hydroxychloroquine, malgré une étude négative parue dans la revue 'The Lancet'... Mais cette denière a désormais pris ses distances avec les auteurs de l'étude, qui concluait à un manque d'efficacité de cette molécule, ainsi qu'à un risque plus élevé de problèmes cardiaques et de décès des malades du Covid-19.

L'Organisation mondiale de la santé avait lancé fin avril des essais cliniques baptisés "Solidarité", portant notamment sur l'hydroxychloroquine, mais elle les avait suspendus le 25 mai dernier, trois jours après la publication du 'Lancet', dans l'attente de vérifications nécessaires.

L'étude pose de "sérieuses questions scientifiques", admet 'The Lancet'

Or, The Lancet a publié mardi soir un avertissement formel (une procédure très rare) dans lequel elle reconnaît que "d'importantes questions" planent au sujet de cette étude, dont la méthodologie et les conclusion ont été remises en cause par de nombreux chercheurs et médecins, dont l'infectiologue français Didier Raoult, défenseur du traitement du Covid-19 par l'hydroxychloroquine.

'The Lancet' souhaite ainsi "alerter les lecteurs sur le fait que de sérieuses questions scientifiques ont été portées à (son) attention" au sujet de cette étude. La revue s'engage également à mettre à jour cette déclaration lorsqu'elle aura plus d'informations, un audit étant en cours sur l'étude controversée.

Pas de signes de différence de mortalité avec l'hydroxychloroquine

De son côté, l'OMS a déclaré mercredi que "nous sommes maintenant assez confiants quant au fait de ne pas avoir constaté de différences dans la mortalité", suite à la prise d'hydroxychloroquine, a déclaré mercredi Soumya Swaminathan, scientifique en chef de l'OMS, au cours d'une conférence de presse virtuelle depuis le siège de l'organisation à Genève.

Après analyse des "données disponibles sur la mortalité", les membres du Comité de sécurité et de suivi ont estimé "qu'il n'y avait aucune raison de modifier le protocole ", a précisé le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

En France, la publication de cette étude controversée avait amené le ministre de la Santé Olivier Véran à déconseiller l'hydroxychloroquine dans le cadre du traitement des patients contaminés par le coronavirus. L'usage de la molécule avait été autorisée en mars par dérogation à l'hôpital pour traiter des formes sévères de Covid-19.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.