Covid-19 : la propagation du variant indien inquiète Boris Johnson

Covid-19 : la propagation du variant indien inquiète Boris Johnson
Boris Johnson

Orange avec Boursier.com, publié le vendredi 14 mai 2021 à 10h59

Le Premier ministre britannique Boris Johnson n'exclut "aucune possibilité" pour faire face à la propagation du variant indien, mais se montre confiant quant à la poursuite du déconfinement...

Le Premier ministre britannique Boris Johnson n'exclut "aucune possibilité" pour faire face à la propagation du variant indien, mais se montre confiant quant à la poursuite du déconfinement...

La feuille de route de réouverture du pays compromise par le variant indien ? Alors que la propagation du nouveau variant du coronavirus détecté en Inde inquiète, le Royaume-Uni n'exclut rien pour faire face à une augmentation des cas, a déclaré le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Ce dernier a notamment prévenu que les nouveaux variants, tels que celui dénommé B.1.617.2 détecté initialement en Inde, constituaient un risque pour le plan de déconfinement progressif...

"Nous sommes inquiets , il s'est propagé", a-t-il indiqué, ajoutant que des réunions seraient organisées pour discuter des mesures à prendre. "Nous n'excluons aucune possibilité ", a-t-il précisé...

Propagation dans le nord-ouest de l'Angleterre

Pour rappel, le gouvernement a engagé en février un plan de déconfinement progressif et une nouvelle étape doit être engagée le 17 mai avec l'autorisation pour les pubs de servir des consommations en intérieur. La dernière étape, celle de la levée de toutes les restrictions sociales, a été fixée au 21 juin.

Le variant dit indien s'est notamment propagé dans le nord-ouest de l'Angleterre où plusieurs responsables politiques locaux ont appelé à élargir la vaccination à tous les adultes. "Pour l'instant, je ne vois rien qui me dissuade de penser que nous pourrons aller de l'avant lundi et le 21 juin partout", a néanmoins estimé Boris Johnson.

En Angleterre, les infections ont diminué de moitié depuis mars

Les chiffres de la situation épidémique sont plutôt positifs. La prévalence des infections à coronavirus en Angleterre a diminué de moitié depuis mars, grâce à l'efficacité de la campagne vaccinale, mais les nouveaux variants restent une menace, selon les résultats d'une enquête publiée jeudi.

L'étude REACT, menée par des scientifiques de l'Imperial College de Londres, a révélé que le nombre de contaminations a de nouveau diminué, avec une moyenne de seulement une personne sur 1.000 infectée. "Les résultats d'aujourd'hui démontrent l'impact de notre campagne vaccinale sur les taux d'infection dans tout le pays", s'est félicité Matt Hancock, le ministre britannique de la Santé.

A noter que l'étude ne couvre pas l'Ecosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord, qui ont chacun leur propre suivi des cas de coronavirus. L'étude REACT est l'une des plus grandes enquêtes portant sur le COVID-19 effectuée en Angleterre, avec plus de 127.000 volontaires testés entre le 15 avril et le 3 mai...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.