Covid-19 : Laurent Berger plaide pour la vaccination rapide des salariés "qui ne peuvent pas télétravailler"

Covid-19 : Laurent Berger plaide pour la vaccination rapide des salariés "qui ne peuvent pas télétravailler"
Laurent Berger CFDT

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 13 avril 2021 à 07h06

"Il faut que tous ceux et toutes celles qui sont en présentiel, qui le sont maintenant depuis plus d'un an, puissent accéder à la vaccination le plus rapidement possible", a affirmé le secrétaire général de la CFDT.

"Il faut que tous ceux et toutes celles qui sont en présentiel, qui le sont maintenant depuis plus d'un an, puissent accéder à la vaccination le plus rapidement possible", a affirmé le secrétaire général de la CFDT.

Caissiers en grande distribution, enseignants, conducteurs de bus... Alors que la France connaît une nouvelle accélération du calendrier de la vaccination contre le Covid-19, ouverte depuis lundi à tous les Français âgés de 55 ans ou plus, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a estimé que les salariés de la "deuxième ligne" devraient également être vaccinés en priorité.

"Les salariés du commerce, de la grande distribution, les enseignants et un certain nombre d'agents publics... Je crois qu'il faut que tous ceux et toutes celles qui sont en présentiel, qui le sont maintenant depuis plus d'un an, puissent accéder à la vaccination le plus rapidement possible", a affirmé le dirigeant syndical sur 'BFM Business'.

"C'est une demande tout à fait légitime", a-t-il poursuivi, tout en plaidant pour une vaccination "sur le lieu de travail si c'est possible, par le biais de service de santé au travail, c'est-à-dire la médecine du travail qui commence à s'organiser...".

"Les travailleurs majoritairement ont envie d'être vaccinés"

La priorité doit aller à ceux qui ont des "comorbidités", et la vaccination doit se faire sur la base du volontariat, a encore estimé le secrétaire général de la CFDT, soulignant que "les travailleurs majoritairement ont envie d'être vacciné" ... "Permettons-leur de le faire, on verra comment cela se passera pour ceux qui n'auront pas voulu, mais pour l'instant la priorité est le volontariat et l'accès au vaccin ", a ainsi suggéré Laurent Berger.

Dans un entretien publié par le 'Journal du Dimanche', le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que les modalités de la campagne de vaccination contre le Covid-19 en France vont de nouveau être adaptées pour tenter de l'accélérer...

Accès aux plus de 55 ans, même sans comorbidités

Toutes les personnes de plus de 55 ans, même sans comorbidités, auront ainsi désormais accès au vaccin d'AstraZeneca, qui a vu son utilisation limitée aux plus de 55 ans en France après des cas de thrombose parfois mortels.

"On élargit la vaccination ! Les autorités sanitaires y sont, là aussi, favorables. Ça complète l'annonce de l'extension de la campagne vaccinale par Pfizer et Moderna à tous les plus de 60 ans à compter du 16 avril", a expliqué le ministre.

Les 600.000 soignants de moins de 55 ans ayant déjà reçu une première dose d'AstraZeneca se verront proposer un rappel avec un vaccin à ARN messager, 12 semaines après la première injection, a-t-il précisé. "Pour les plus de 55?ans qui ont reçu une première dose d'AstraZeneca, la règle ne change pas. Rappel avec AstraZeneca à douze semaines", a ajouté Olivier Véran.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.