Covid-19 : le couvre-feu à 18h inquiète les commerçants

Covid-19 : le couvre-feu à 18h inquiète les commerçants
Magasins fermés, confinement, reconfinement, covid

Boursier.com, publié le vendredi 15 janvier 2021 à 13h24

La généralisation du couvre-feu à 18h "aura des implications lourdes pour l'ensemble des commerces", a estimé Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération française du commerce et de la distribution...

Nouveau coup dur pour les commerçants ! Le Premier ministre Jean Castex a confirmé jeudi soir la généralisation du couvre-feu à 18h pour tenter de freiner la propagation du Covid-19 en France. Si cette décision doit permettre de limiter les interactionset donc la circulation du coronavirus, elle privera encore un peu plus les commerces non alimentaires de certaines heures de travail jugées stratégiques...

"On comprend les raisons sanitaires de cette décision, mais il est clair qu'elle aura des implications lourdes pour l'ensemble des commerces", a estimé sur 'BFM Business' Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération française du commerce et de la distribution (FCD).

Selon lui, "cela représente environ 30% du chiffre d'affaires" des commerces, notamment dans l'alimentaire. "Il va y avoir très clairement des commerces qui vont souffrir. Les plus gros, les centres commerciaux, les hyper" mais aussi "les plus petits", a-t-il prévenu...

A 5 jours du début des soldes d'hiver

Selon l'Alliance du commerce, qui regroupe les enseignes d'habillement, de la chaussure et les grands magasins, "les enseignes de l'habillement réalisent jusqu'à 20% de leur chiffre d'affaires au-delà de 18 heures", comme l'explique au 'Monde' son direction général Yohann Petiot.

Pour rappel, à partir de ce samedi, et pour au moins 15 jours, le couvre-feu s'appliquera à compter de 18h sur l'ensemble du territoire métropolitain. "Cette mesure de couvre-feu obéit à une logique de freinage préventive. Elle permet de graduer notre riposte et d'essayer d'éviter de passer à des mesures plus difficiles comme nous en avons déjà connu à deux reprises l'année dernière", avait justifié Jean Castex.

La généralisation du couvre-feu à 18h inquiète d'autant plus qu'elle intervient à 5 jours du top départ des soldes d'hiver, qui a finalement été reporté au 20 janvier. "Nous étions contre le report des soldes et je pense que nous avions raison", a souligné Jacques Creyssel, qui réclame dans le même temps plus de souplesse pour ouvrir le dimanche.

Appel à "libéraliser totalement l'ouverture des magasins le dimanche"

"On a demandé au gouvernement de libéraliser totalement l'ouverture des magasins le dimanche pour ceux qui le souhaitent", a ainsi indiqué le directeur général de la FCD. "Le gouvernement nous dit de respecter les procédures... Actuellement, il faut 5 semaines de consultations pour ouvrir le dimanche. Ce n'est pas possible. Pendant cette période exceptionnelle, quand c'est nécessaire d'ouvrir et ça ne l'est pas partout, il faut qu'on puisse le faire de façon très simple et ce n'est pas le cas aujourd'hui", a-t-il pointé.

Fin janvier, la ministre du Travail Elisabeth Borne avait annoncé qu'il n'y aura pas de règle générale pour la France, rappelant que la décision d'ouvrir les commerces le dimanche dépendait d'une concertation locale. "Dans la plupart des cas, on ouvrira comme on le fait chaque année pour les dimanches des soldes", mais "il n'y aura pas d'automaticité", avait-elle affirmé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.