Covid-19 : le vaccin de Sanofi devrait arriver vers "septembre ou octobre" dit Pannier-Runacher

Covid-19 : le vaccin de Sanofi devrait arriver vers "septembre ou octobre" dit Pannier-Runacher
Agnès Pannier-Runacher, ministre chargée de l'Industrie.

Orange avec Boursier.com, publié le mercredi 10 février 2021 à 06h05

Le vaccin de "Sanofi devrait arriver plus tôt, vers septembre-octobre, et pas décembre", a indiqué la ministre chargée de l'Industrie...

Le vaccin de "Sanofi devrait arriver plus tôt, vers septembre-octobre, et pas décembre", a indiqué la ministre chargée de l'Industrie...

Quand le vaccin Sanofi sera-t-il disponible ? Alors que le laboratoire français avait annoncé mi-décembre dernier un retard de plusieurs mois pour son vaccin anti-Covid développé avec GSK, la ministre chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher a évoqué une échéance bien plus optimiste que celle initialement mentionnée par le groupe.

Le vaccin de "Sanofi devrait arriver plus tôt, vers septembre-octobre, et pas décembre", a-t-elle assuré au micro d''Europe 1', avant d'insister sur les investissements dans la recherche... "Il faut pouvoir investir plus dans la recherche et aménager des ponts plus forts entre la recherche fondamentale et la recherche privée", a expliqué Agnès Pannier-Runacher.

"Il a été de bon ton de taper sur les laboratoires pharmaceutiques, mais quand ce sont eux qui trouvent, il faut le souligner... Il faut aussi regarder le verre à moitié plein : Sanofi fait partie des plus grands fabricants de vaccin...", a poursuivi la ministre.

Pas "le même pari" que Pfizer-BioNTech et Moderna

Pour rappel, le laboratoire avait reconnu mi-décembre que son vaccin avait pris du retard et ne serait prêt que fin 2021, évoquant des résultats "décevants"... Les résultats intermédiaires de l'étude de phase I/II ont montré, chez des adultes âgés de 18 à 49 ans, une réponse immunitaire comparable à celle des patients qui se sont rétablis d'une infection Covid-19, mais une faible réponse immunitaire chez les adultes plus âgés.

Lundi, le président de Sanofi France avait également relativisé sur 'BFM Business' les conséquences du retard du laboratoire dans le développement d'un vaccin, réassurant de son côté qu'il sera disponible fin 2021 ou début 2022. Pour Olivier Bogillot, Sanofi n'avait tout simplement pas "fait le même pari" que Pfizer-BioNTech et Moderna.

"On est encore dans la course"

"On a choisi un vaccin qu'on connaît bien, la protéine recombinante", plutôt que la technique de l'ARN messager, a-t-il expliqué, tout en assurant ne pas regretter cette décision "parce qu'on a fait un choix rationnel".

Personne ne pouvait savoir"au mois de mars si l'ARN messager fonctionnerait", estime Olivier Bogillot, qui souhaite "féliciter" ses concurrents qui "changent le modèle sur la vaccination de demain". "On est encore dans la course", a tout de même affirmé le président de Sanofi France, avant d'ajouter : "ceux qui disent que c'est un échec, un déclin, devraient se dire que c'est une course de fond...".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.