Covid-19 : les écoles sous surveillance accrue, près de 3.000 classes fermées

Covid-19 : les écoles sous surveillance accrue, près de 3.000 classes fermées
masque, école, élève, enseignant, prof

Orange avec Boursier.com, publié le vendredi 26 mars 2021 à 08h31

Le Rhône, l'Aube et la Nièvre rejoignent les 16 départements déjà reconfinés depuis samedi, a annoncé jeudi soir Olivier Véran. 24 autres départements sont placés en vigilance renforcée, mais les écoles restent ouvertes avec un protocole renforcé.

Le Rhône, l'Aube et la Nièvre rejoignent les 16 départements déjà reconfinés depuis samedi, a annoncé jeudi soir Olivier Véran. 24 autres départements sont placés en vigilance renforcée, mais les écoles restent ouvertes avec un protocole renforcé.

Face à la montée de la 3e vague de coronavirus en France, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé jeudi soir des mesures supplémentaires, à commencer par le confinement dans 3 nouveaux départements, le Rhône, l'Aube et la Nièvre à partir de vendredi minuit, en plus des 16 départements déjà reconfinés depuis le week-end dernier.

En plus de ces 19 départements confinés pour au moins 4 semaines, 24 autres départements ont été placés en vigilance renforcée, soit à cause d'un taux d'incidence élevé, soit en raison de la saturation des services de réanimation.

Lors de son point hebdomadaire télévisé, Olivier Véran a défendu la nouvelle version du confinement (qui autorise les sorties à 10 km autour de son domicile) même si la "tendance n'est pas bonne". Il a insisté que "l'acceptabilité" des mesures pour les Français, "épuisés de lutter sans relâche depuis un an".

Les services de réanimation de plus en plus chargés

"Si la situation devait s'aggraver", "nous serions amenés à nous demander s'il faut aller plus loin", a-t-il tout de même prévenu, en ajoutant qu'il était "trop tôt" pour mesurer l'efficacité des mesures en vigueur depuis le week-end dernier. "La dynamique épidémique est forte", a-t-il encore indiqué, ajoutant que les patients admis en réanimation sont plus jeunes "en comparaison des données observées en novembre et en décembre 2020".

Jeudi soir, 408 malades sont entrés en réanimation contre 384 la veille, portant le nombre de patients atteints du Covid-19 en réanimation à 4.709. Ce chiffre est en hausse constante depuis le plus bas enregistré le 7 janvier (2.573 patients) et approche du pic de la 2e vague (4.903 le 16 novembre).

Un protocole sanitaire renforcé dans les établissements scolaires

Alors que des voix s'élèvent pour réclamer la fermeture des établissements scolaires, le ministre a justifié le fait de les laisser ouverts, en réaffirmant que la fermeture était une "décision de dernier recours que nous voulons à tout prix éviter" et qui aurait "des conséquences très lourdes sur le développement des enfants et le quotidien des parents".

Il a cependant annoncé que le gouvernement travaille à "des protocoles renforcés" en milieu scolaire. "Avec le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, nous travaillons à des protocoles renforcés. Toute la communauté éducative veille à ce que la vie dans les écoles, les collèges et les lycées puisse continuer en limitant au maximum les risques de transmission", a-t-il précisé.

En date de mercredi, 2.962 classes et 105 écoles étaient fermées en raison de cas de contaminations, a indiqué le ministre...

Les 10 millions de vaccinations à portée de main mi-avril

Concernant la campagne de vaccination, il a confirmé qu'elle serait ouverte dès samedi à toutes les personnes de plus de 70 ans, "qui auront le choix de se rendre en centre de vaccination, chez leur médecin traitant ou dans leur pharmacie".

Le ministre a assuré qu'il y allait avoir "une montée en puissance continue" et que "plus de 10 millions de personnes auront été vaccinées à la mi-avril, (...) soit une majorité des personnes les plus vulnérables". Le cap des 7 millions d'injection a été franchi jeudi, a indiqué le ministre.

Pour Olivier Véran, les perspectives de sortie de cette "nouvelle vague dans laquelle nous sommes bien entrés" se chiffrent "en termes de semaines". "Sauf mauvaise surprises (...), cet été pourrait être un été de retour à la normale progressif", a-t-il espéré...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.