Covid-19 : les eurodéputés valident le "pass sanitaire"... avec de nombreux amendements

Covid-19 : les eurodéputés valident le "pass sanitaire"... avec de nombreux amendements
Parlement européen

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 29 avril 2021 à 19h28

Bruxelles espère que le "certificat sanitaire européen" sera opérationnel au plus tard en juin...

Bruxelles espère que le "certificat sanitaire européen" sera opérationnel au plus tard en juin...

Le "certificat sanitaire" a franchi une étape clé devant le Parlement européen... Alors que Bruxelles espère que ce dispositif sera opérationnel au plus tard en juin, les eurodéputés se sont prononcés mercredi en faveur de ce "pass sanitaire" destiné à faciliter les voyages dans l'Union européenne, en permettant à son propriétaire d'attester qu'il a été vacciné contre le Covid-19, qu'il a passé un test, ou encore qu'il est immunisé après avoir été infecté...

"L'adoption par le Parlement européen de sa position sur le 'certificat vert numérique' est une étape clé vers des voyages libres et sûrs cet été", a salué la présidente de la Commission européenne Ursurla von der Leyen sur Twitter.

"La proposition législative couvrant les ressortissants de l'UE a été adoptée par 540 voix pour, 119 contre 31 abstentions. Le Parlement et le Conseil sont désormais prêts à débuter les négociations. L'objectif est d'aboutir à un accord avant la saison touristique estivale", précise un communiqué du Parlement.

De nombreux amendements

Les eurodéputés ont néanmoins introduit des amendements au texte proposé, annonçant de négociations ardues avant l'adoption de ce certificat sanitaire européen que Bruxelles souhaite mettre en place pour cet été.

Si les documents, en versions papier ou numérique, attesteront qu'une personne a été vaccinée contre le coronavirus ou qu'elle a reçu récemment un test négatif ou encore qu'elle s'est remise de l'infection, le certificat ne doit servir "en aucun cas de document de voyage et ne sera pas un prérequis à l'exercice de la liberté de circulation", affirment les députés.

"Afin d'éviter toute discrimination à l'encontre des personnes non vaccinées ou pour des raisons économiques, que les pays de l'UE devraient 'garantir un dépistage universel, accessible, rapide et gratuit'", poursuivent-ils.

Pas de stockage de données personnelles

En outre, les Etats membres doivent "accepter les certificats de vaccination émis dans d'autres États membres pour les personnes ayant un reçu un vaccin autorisé par l'Agence européenne des médicaments (actuellement, Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen)" et "les certificats seront vérifiés" pour prévenir "la fraude ou la falsification, tout comme l'authenticité des sceaux électroniques inclus dans le document".

Enfin, les données personnelles figurant dans le certificat ne pourront "pas être stockées dans les Etats membres de destination et aucune base de données centrale ne sera mise en place au niveau de l'UE", soulignent les députés, précisant que "la liste des entités qui traiteront et recevront les données sera rendue publique"...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.