Covid-19 : les premiers tests salivaires sont déployés

Covid-19 : les premiers tests salivaires sont déployés
Tests salivaires, Covid-19

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 11 février 2021 à 10h31

"Le public prioritaire ce sont les enfants, dans les écoles afin d'identifier les cas positifs et de préserver les écoles", a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran...

"Le public prioritaire ce sont les enfants, dans les écoles afin d'identifier les cas positifs et de préserver les écoles", a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran...

Le dépistage massif du Covid-19 par prélèvement salivaire est désormais possible... Dans un avis rendu public jeudi, la Haute autorité de santé (HAS) a donné son feu vert pour les tests salivaires de détection du coronavirus sur les personnes sans symptômes, permettant des dépistages répétés dans les écoles et les universités. Les tests salivaires rapides ne sont pas encore autorisés...

"Les travaux pilotés par la HAS et les résultats des récentes études cliniques montrent une bonne sensibilité des tests RT-PCR salivaires et sont en faveur d'une extension de leurs indications", indique-t-on.

"La HAS est désormais favorable à la prise en charge des tests RT-PCR sur prélèvement salivaire dans deux nouvelles indications : en seconde intention chez les personnes contact pour qui un prélèvement nasopharyngé n'est pas envisageable ; en première intention dans le cadre de dépistages ciblés à large échelle en particulier s'ils sont répétés régulièrement : au sein d'écoles, d'universités, pour le personnel des établissements de santé, des EHPAD...", est-il encore précisé...

Des tests moins inconfortables

"Le prélèvement salivaire peut être réalisé de manière assistée ou en auto-prélèvement au laboratoire de biologie médicale, au domicile ou sur un site de dépistage. S'il est difficile pour le patient de cracher (par exemple pour les très jeunes enfants), la salive peut être prélevée sous la langue à l'aide d'une pipette", note l'avis. Ces tests restent moins inconfortables que les tests PCR "classiques" puisqu'ils se font avec de la salive, et ne nécessite plus d'insérer un écouvillon dans le nez.

"Le temps de rendu du résultat d'un test RT-PCR salivaire est le même que celui d'un test RT-PCR nasopharyngé. Il ne permet pas de gain de temps, son principal apport est lié à son acceptabilité qui est bien meilleure", explique par ailleurs la HAS.

"Le public prioritaire ce sont les enfants"

Interrogé au Sénat, le ministre de la Santé Olivier Véran, qui attendait alors les recommandations de la HAS, avait donné des détails sur la mise en place des tests salivaires. "Les laboratoires se préparent, nous travaillons avec eux depuis des semaines", avait-il affirmé.

"Le public prioritaire ce sont les enfants, dans les écoles afin d'identifier les cas positifs et de préserver les écoles dont nous souhaitons qu'elles puissent rester ouvertes le plus longtemps possible", a également indiqué le ministre, avant d'ajouter que les premiers tests salivaires seraient menés dès cette fin de semaine à Paris dans des hôpitaux de l'AP-HP.

Dès la mi-février, les tests salivaires seront généralisés avec "200.000 à 300.000 tests par semaine", a-t-il détaillé, mais il n'est toutefois pas question de recourir aux auto-tests salivaires, en raison de résultats trop aléatoires...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.