Covid-19 : pour la CPME, il ne faut pas "banaliser le confinement"

Covid-19 : pour la CPME, il ne faut pas "banaliser le confinement"
Olivier Véran, pour conclure le Ségur de la Santé...

Boursier.com, publié le lundi 28 décembre 2020 à 15h46

La mise en place d'un troisième confinement ne serait pas à exclure, si la situation épidémique "devait s'aggraver", a affirmé le ministre de la Santé Olivier Véran...

La possibilité d'un troisième confinement inquiète... Alors que le ministre de la Santé Olivier Véran a évoqué à demi-mot cette hypothèse, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a appelé ce lundi à "ne pas banaliser le confinement", qui doit être "la dernière extrémité pour mettre fin à une situation incontrôlable", et non "une simple hypothèse parmi d'autres".

"'Confiner', c'est passer l'économie au ralenti avec des conséquences économiques, sociales et humaines, catastrophiques à court, moyen et long terme. 'Confiner', c'est restreindre la liberté d'entreprendre, la liberté de circuler...", a estimé l'organisation patronale.

Elle rappelle également qu'"un grand nombre d'entreprises vivent actuellement sous perfusion" et que "leur taux d'endettement a explosé et cela ne sera pas sans effet, qu'on le veuille ou non".

Eviter "une 'économie en stop and go'"

"Notre système de protection sociale est également gravement en danger. Son financement doit désormais être rétabli au plus vite. Une croissance forte peut être la solution pour éviter de nouveaux prélèvements", a souligné la CPME, estimant toutefois que "cela ne se fera pas avec une 'économie en stop and go' qui favorise davantage l'épargne de précaution que l'investissement".

Interrogé par le 'Journal du dimanche' sur le caractère inéluctable d'un troisième confinement en début d'année prochaine, Olivier Véran avait pour rappel répondu : "Nous n'excluons jamais des mesures qui pourraient être nécessaires pour protéger des populations".

Nouveau conseil de défense sanitaire mardi

"Ça ne veut pas dire qu'on a décidé, mais qu'on observe la situation heure par heure", a ajouté le ministre, prévenant dans le même temps que la France ne peut pas se permettre de "laisser flamber l'épidémie à nouveau". "Nous prendrons les mesures nécessaires si la situation devait s'aggraver", a-t-il insisté.

Un nouveau conseil de défense sanitaire se tiendra ce mardi, comme l'a appris 'Reuters' auprès de l'Elysée, alors que l'épidémie de Covid-19 se maintient à un niveau élevé en France et que les autorités redoutent une dégradation de la situation après les fêtes de fin d'année.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.