Covid-19 : vers un reconfinement de la Moselle ?

Covid-19 : vers un reconfinement de la Moselle ?
Gabriel Attal, porte-parle du gouvernement.

Orange avec Boursier.com, publié le vendredi 12 février 2021 à 14h28

"S'il y a des mesures à prendre au niveau local, elles seront prises", a assuré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal...

"S'il y a des mesures à prendre au niveau local, elles seront prises", a assuré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal...

Alors que la situation inquiète en Moselle, qui voit le nombre de cas détectés de variant sud-africain exploser, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a annoncé que le gouvernement se tenait prêt à reconfiner au niveau local.

"RIen n'est exclu. Depuis le début de cette crise, je fais attention à ne jamais rien exclure par principe. On a vu que le gouvernement exclut certaines choses, et parfois, on en vient à le regretter parce que cette épidémie garde une forme d'imprévisibilité", a-t-il expliqué au micro d''Europe 1' ce vendredi.

"S'il y a des mesures à prendre au niveau local, elles seront prises", a assuré le porte-parole du gouvernement, qui estime qu'il est encore possible de "stopper la propagation des variants brésilien et sud-africain".

"Il faut tout faire pour éviter un reconfinement"

Alors que certains de nos voisins européens ont fait le choix de reconfiner, même partiellement, Gabriel Attal a justifié la décision du gouvernement français de ne pas mettre en place un troisième confinement, revenant sur la situation sanitaire actuelle : "si l'on prend en compte le taux d'incidence et le nombre de contaminations au niveau global, on a une situation de plateau qui est haut mais qui semble commencer à décliner".

"Mais les variants changent la donne", a-t-il tout de même reconnu, avant d'ajouter : "il faut tout faire pour éviter un reconfinement. Mais si nous considérons que c'est nécessaire, nous prendrons nos responsabilités".

Le maire de Metz veut un "reconfinement vrai"

Ce vendredi, le ministre de la Santé Olivier Véran se rend en Moselle, où "la situation est plus inquiétante" que sur le reste du territoire en raison de la progression des variants sud-africain et brésilien, afin d'"y mener une concertation". "Nous n'avons pas d'explication à cet élément", avait-il confié lors d'un point de presse hebdomadaire sur la crise sanitaire jeudi soir.

Sur 'Europe 1', le maire (LR) de Metz François Grosdidier avait appelé à "un reconfinement vrai, fort comme en mars-avril" pour lutter contre la diffusion de ces variants. Selon lui, la mesure doit concerner "les scolaires et tous les salariés dont la présence sur le lieu de travail n'est pas vitale".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.