Crise sanitaire et hôtellerie mondiale : la percée des groupes chinois

Crise sanitaire et hôtellerie mondiale : la percée des groupes chinois
hôtel Imperial Marhaba attaqué par un islamiste en juin 2015. l'attentat a fait 38 morts.

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 24 juin 2021 à 18h03

Si les Américains Marriott et Hilton restent indétrônables, les opérateurs chinois ont profité de la pandémie pour bouleverser la hiérarchie financière.

Si les Américains Marriott et Hilton restent indétrônables, les opérateurs chinois ont profité de la pandémie pour bouleverser la hiérarchie financière.

La crise du coronavirus a profondément bouleversé les finances et la hiérarchie économique des groupes hôteliers, avec à la clef une montée en puissance de certains acteurs chinois, et un changement radical dans le classement et les rapports de force entre acteurs à l'échelle mondiale, montre une étude de MKG publiée jeudi.

Le géant américain Marriott conserve son titre de champion du secteur aussi bien en termes de chambres (1,4 million dans le monde), de profitabilité (1,1 milliard de dollars d'EBITDA ajusté en 2020) que de valeur d'entreprise (supérieure à 57 milliards de dollars en juin 2021), explique l'expert en hôtellerie et en tourisme. Le groupe a néanmoins vu son niveau de valorisation financière diminuer depuis janvier 2020 (-9%), à cause de la tempête financière déclenchée par la pandémie mondiale de COVID-19.

Autre groupe américain, Hilton est le deuxième acteur mondial. Sa valeur d'entreprise de presque 45 milliards de dollars est également justifiée par un parc de plus d'un million de chambres en 2020, explique MKG.

Les opérateurs chinois en embuscade

Mais derrière ces deux leaders incontestés, la hiérarchie a été chamboulée par la crise. Des opérateurs Chinois tels que Huazhu et Jin Jang "ont vu leur niveau de valorisation augmenter fortement en 2020 et au premier semestre 2021, alors même qu'ils n'avaient pas spécialement pâti en 2019 du déclenchement plus précoce de l'épidémie sur le marché chinois", expliquent les auteurs de l'étude. En valeur financière, à la mi-2021, Huazhu grimpe donc au troisième rang, devant IHG (basé au Royaume-Uni) et Jin Jiang.

"Cette ascension est en partie due à l'intégration de Deutsche Hospitality à Huazhu suite à son rachat, mais aussi à une augmentation considérable du parc du groupe (+22% par rapport à l'année précédente / +100K chambres) et à différents facteurs financiers détaillés. Sur la même lignée, Jin Jiang se hisse en 5ème position, passant en 2020 devant les américains Hyatt, Wyndham et Choice et tout récemment début 2021 devant le français Accor. A la mi-2021, sa valeur s'approche ainsi des 13 milliards de dollars", analyse MKG.

Si tous les hôteliers ont souffert début 2020, la seconde moitié de l'année a marqué un rétablissement progressif des opérateurs chinois qui ont ensuite repris l'avantage sur leurs homologues occidentaux. Jin Jiang notamment a pris le dessus avec une capitalisation boursière qui a plus que doublé (+127%) suivi de Huazhu (+58%) et BTH Hotels (+31%). Tous ont profité de "la temporalité de la crise sanitaire et la reprise bien plus rapide du voyage en Chine, d'autant plus que le pays reste en général assez peu exposé à la demande des clientèles internationales", selon le cabinet.

L'Europe à la peine

Sur le sol européen, en revanche, l'année 2020 a été plutôt "cauchemardesque du début à la fin", aux yeux des experts. Si IHG a su reprendre des forces en fin d'année et a retrouvé en 2021 sa valeur d'avant-COVID, Accor est resté à un niveau historiquement bas, amenant le leader français à être éjecté du CAC40 en septembre 2020. Et en 2021, le rebond significatif des trois premiers mois de l'année a été effacé au 2ème trimestre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.