Crise sanitaire et précarité : le Secours populaire tire la sonnette d'alarme

Crise sanitaire et précarité : le Secours populaire tire la sonnette d'alarme©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 30 septembre 2020 à 11h04

"La crise sanitaire a plongé dans la précarité des millions de personnes, du jour au lendemain. Cette crise sociale sans précédent se poursuit, six mois après les trois coups du confinement", alerte l'association...

Conséquence de la crise liée au Covid-19, la précarité a explosé depuis le mois de mars... Durant les deux mois du confinement, près de 1,3 million de personnes ont sollicité l'aide du Secours populaire dans ses permanences d'accueil, contre 3,3 millions sur toute l'année 2019. Parmi ces demandeurs, 45% étaient jusque-là inconnus de l'association, qui a dévoilé ce mercredi son baromètre de la pauvreté, réalisé avec Ipsos.

"La crise sanitaire a plongé dans la précarité des millions de personnes, du jour au lendemain. Cette crise sociale sans précédent se poursuit, six mois après les trois coups du confinement", affirme l'organisme, qui s'attend à un chiffre "largement" supérieur de demandes d'aide pour l'année 2020.

"Les situations sont diverses : commerçants en difficulté, intermittents du spectacle, travailleurs intérimaires / saisonniers / non déclarés qui se retrouvent sans missions, autoentrepreneurs, salariés dont les revenus baissent du fait du chômage partiel, salariés (notamment étudiants) qui perdent leur emploi (dans les secteurs de la restauration, de l'aide à domicile, etc.)", a-t-elle précisé dans un communiqué.

Un Français sur trois a subi une perte de revenus

Alors que 900.000 chômeurs supplémentaires sont attendus par l'Unedic en 2020, 1 Français sur 3 a subi une perte de revenus depuis le confinement, "même si les dispositifs d'activité partielle et d'arrêts de travail pour garde d'enfants ont servi d'amortisseurs", selon l'étude.

Les actifs sont les plus exposés, y compris les étudiants contraints à travailler. Après le déconfinement, 43% affirment avoir perdu une partie de leurs revenus et 16% enregistrent une perte qu'ils qualifient d'"importante". "C'est le cas d'un tiers des ouvriers", précise le Secours populaire.

Si près de la moitié des Français, "plutôt des hommes, cadres et Franciliens", a mis de l'argent de côté, un tiers n'arrive chaque mois qu'à boucler péniblement son budget, tandis que 18% sont systématiquement à découvert, révèle le baromètre. Au total, ils sont 38% à avoir déjà connu la pauvreté, un niveau en hausse de 1 point par rapport à 2019.

Inégalités scolaires

Les privations sont aussi "quantitatives", estime le Secours populaire, alors qu'1 Français sur 4 restreint les quantités dans son assiette et 1 sur 4 saute des repas. "Ce 'rationnement' est particulièrement fort chez les personnes dont les revenus ont subi une baisse importante : 43 % d'entre elles déclarent se restreindre 'souvent' ou 'parfois' sur la quantité des aliments consommés", détaille l'étude.

Par ailleurs, le confinement a également aggravé les inégalités scolaires. Le "manque de matériel informatique (ordinateurs, imprimantes) et d'accès à internet pour suivre l'école à distance, des logements exigus" ne permettent pas "de s'isoler pour étudier dans le calme", souligne l'association, qui rappelle que 500.000 enfants auraient décroché scolairement...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.