Cumuls de Delevoye : le gouvernement était-il au courant ?

Cumuls de Delevoye : le gouvernement était-il au courant ?
Jean-Paul Delevoye cumul mandats

Boursier.com, publié le mardi 17 décembre 2019 à 14h00

Selon 'Le Monde', le secrétariat général du gouvernement, rattaché au Premier ministre, savait dès 2017 que Jean-Paul Delevoye cumulait des postes et des rémunérations dans le privé.

L'Etat aurait-il failli dans sa mission de contrôle et d'application de la loi ? Au lendemain de la démission de Jean-Paul Delevoye, accusé de conflits d'intérêts après plusieurs révélations embarrassantes, 'Le Monde' a indiqué ce mardi que cette situation de cumul était connue du secrétariat général du gouvernement, rattaché au Premier ministre, et ce dès 2017.

En effet, le journal explique qu'elle "avait fait l'objet d'une décision validée par Matignon, sans qu'il y ait toutefois de trace écrite", au moment où Jean-Paul Delevoye avait été nommé haut-commissaire pour mener les premiers rounds de discussions avec les partenaires sociaux.

Pour rappel, 'Le Parisien' avait révélé la semaine dernière que le "monsieur retraites" de l'exécutif avait omis de mentionner près d'une dizaine de mandat dans sa déclaration d'intérêt à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), dont certains étaient rémunérés.

"Je n'ai pas pensé qu'il y aurait un problème"

A l'époque, "au moment de fixer sa rémunération de haut-commissaire à la réforme des retraites", toutes les sources de revenus de Jean-Paul Delevoye avaient été examinées "de ses pensions de retraite à sa fonction de délégué général rémunéré d'un centre d'études du groupe IGS", détaille 'Le Monde'. Ces éléments ne pouvaient donc pas être ignorés par l'exécutif lorsque l'ancien ministre est entré au gouvernement, en septembre 2019.

De son côté, Jean-Paul Delevoye aurait même confié au 'Monde' que sa situation avait bien été validée en 2017. "Je n'ai pas pensé qu'il y aurait un problème. J'ai fait preuve d'un excès de confiance", a-t-il affirmé, ajoutant "n'avoir eu de mise en garde de personne".

"Aucun manquement" selon Matignon

Contacté par 'Le Parisien-Aujourd'hui en France', le cabinet d'Édouard Philippe a démenti avoir été au courant de la situation de cumul, précisant que c'est Jean-Paul Delevoye qui n'avait pas informé le gouvernement de son activité rémunérée. "Il n'y a eu aucun manquement de la part" des services, a affirmé Matignon, cité par le quotidien.

Jean-Paul Delevoye s'est engagé à rembourser 7.000 euros sur près de 140.000 euros perçus de l'IGS depuis septembre 2017. Dans le même temps, le collège de la HATVP se réunira le 18 décembre pour décider si son dossier doit être transmis à la justice.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.