Déconfinement : Elisabeth Borne appelle à rouvrir "étape par étape" pour éviter "le stop and go"

Déconfinement : Elisabeth Borne appelle à rouvrir "étape par étape" pour éviter "le stop and go"
Elisabeth Borne, ministre du travail

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 27 avril 2021 à 10h49

"Tant qu'il y a des restrictions sanitaires, c'est-à-dire qu'un restaurant ou un établissement est fermé, alors on prend en charge à 100% l'activité partielle", a réaffirmé la ministre du Travail.

"Tant qu'il y a des restrictions sanitaires, c'est-à-dire qu'un restaurant ou un établissement est fermé, alors on prend en charge à 100% l'activité partielle", a réaffirmé la ministre du Travail.

Alors qu'Emmanuel Macron a esquissé un calendrier pour les réouvertures et la levée des restrictions sanitaires, la ministre du Travail Elisabeth Borne a appelé ce mardi à la prudence. "La réouverture doit se faire étape par étape, évidemment en tenant compte de la situation sanitaire, et le cas échéant en différenciant selon les territoires. C'est important de donner des perspectives, mais en même temps il faut qu'on soit prudent pour éviter de faire des retours en arrière", a-t-elle estimé sur 'RMC'.

"L'objectif c'est d'y aller progressivement pour ne pas avoir à faire du 'stop and go'... On a tous envie de retourner en terrasse et d'avoir des règles moins strictes, mais il faut être prudent compte tenu de la situation de l'épidémie", a insisté la ministre.

Pour rappel, la première étape est fixée le 3 mai, qui correspond à la fin de la règle des 10 kilomètres et la possibilité de se déplacer entre les régions. Puis, Emmanuel Macron a dit vouloir tenir l'objectif de la mi-mai pour la réouverture des terrasses. La date sera affinée dans les "prochains jours"...

"On ne va pas risquer des licenciements"

Interrogée sur le maintien de la prise en charge du chômage partiel, Elisabeth Borne a réassuré que les aides ne seront pas débranchées "trop vite". "On ne va pas risquer des licenciements", a-t-elle ajouté.

Lors de la réouverture des terrasses, la règle est claire : "tant qu'il y a des restrictions sanitaires, c'est-à-dire qu'un restaurant ou un établissement est fermé - totalement comme aujourd'hui ou partiellement si on a des couvre-feux -, alors on prend en charge à 100% l'activité partielle", a expliqué la ministre du Travail.

La diminution du recours au télétravail "doit être progressive"

Alors que le président de la République a laissé entendre lundi que le couvre-feu pourrait être décalé, la ministre a toutefois précisé que "les décisions ne sont pas encore prises", ajoutant que "ce serait effectivement préférable pour les restaurateurs qu'ils puissent être ouverts plus tard".

Sur la diminution du recours au télétravail, "on a eu un premier échange lors duquel on s'est dit qu'il fallait réfléchir à une première étape dans laquelle on ne donnera pas encore la main à l'entreprise pour définir les règles... En tout cas cela doit être progressif. Aujourd'hui c'est au maximum", a-t-elle indiqué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.