Déconfinement : "Il y a plus de risques à rester chez soi que d'aller à l'école", selon Blanquer

Déconfinement : "Il y a plus de risques à rester chez soi que d'aller à l'école", selon Blanquer©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 11 mai 2020 à 13h12

Alors que certains plaidaient pour une rentrée en septembre, le ministre de l'Education a défendu le principe d'un retour à l'école pour les enfants à partir de mardi, évoquant des "dégâts sociaux" qui pourraient être "plus importants".

Alors que le déconfinement a débuté ce lundi en France, les écoles primaires et les collèges situés en zone "verte" vont rouvrir progressivement leurs portes. Face à l'inquiétude d'une bonne partie des parents, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a tenu à défendre une nouvelle fois le principe d'un retour à l'école pour les enfants à partir de mardi, tandis que les enseignants préparent la rentrée dès ce lundi.

"Nous sommes dans une société où le virus circule. C'est un fait. Ce qu'ont dit de nombreux pédiatres, des scientifiques, c'est qu'il y a plus de risques à rester chez soi que d'aller à l'école", a affirmé le ministre au micro d'"Europe 1", évoquant des "dégâts sociaux ou sanitaires" qui seraient "peut-être plus importants".

"Vous avez des soins qui ne sont pas fait actuellement, vous avez des enfants qui ont des problèmes alimentaires, des enfants qui connaissent des violences intrafamiliales", a-t-il développé. "La société zéro risque n'existe pas. Aujourd'hui vous avez bien des risques quand vous allez dans la rue, quand vous vivez tout simplement. Si on raisonne a contrario, on pourrait dire qu'on reste tous chez nous sur le canapé à attendre qu'il y ait un vaccin", a poursuivi le ministre de l'Education nationale.

"Il faut évidemment être prudents"

Jean-Michel Blanquer a également indiqué, que durant le confinement, plusieurs centaines d'écoles sont restées ouvertes en France pour y accueillir 30.000 enfants dont les parents sont soignants ou exercent d'autres professions placées en première ligne durant la crise sanitaire. Selon lui, "il n'y a eu aucun problème". "S'il y en a, ils seront traités au cas par cas, mais je pense que cela restera minoritaire", a-t-il ajouté.

Au-delà de ces propos qui ont fait beaucoup réagir sur les réseaux sociaux, il a tenu à souligner une nouvelle fois qu'"il faut évidemment être prudents" et que l'Etat a mis en place "des protocoles sanitaires stricts".

86% des écoles vont rouvrir

Dans une interview au 'Journal du Dimanche', Jean-Michel Blanquer avait dit également vouloir que chaque enfant retourne à l'école "au moins une fois" avant fin mai, même si les cours à distance durant le confinement avaient été un succès. Selon lui, "le principal souci, c'est de faire revenir les plus défavorisés, ceux dont on n'a pas eu de nouvelles, ils sont 4%, les dégâts éducatifs et sociaux seront graves pour le reste de leur vie", avait-il déjà prévenu.

Selon les estimations du ministre, "près de 86%" des 50.500 écoles de France vont ouvrir, pour accueillir "plus de 1,5 million d'enfants", sur un total de 6,7 millions d'écoliers en maternelle et élémentaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.