Déconfinement : les boîtes de nuit restent sur la touche

Déconfinement : les boîtes de nuit restent sur la touche©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le vendredi 30 avril 2021 à 14h02

Alors que les commerces, les lieux de culture et les terrasses des bars et restaurants devraient rouvrir le 19 mai prochain, aucune perspective de réouverture n'a été donnée pour les discothèques...

Alors que les commerces, les lieux de culture et les terrasses des bars et restaurants devraient rouvrir le 19 mai prochain, aucune perspective de réouverture n'a été donnée pour les discothèques...

Un deuxième été sans discothèque... Alors que les commerces, les lieux de culture et les terrasses des bars et restaurants devraient rouvrir le 19 mai prochain selon le calendrier du déconfinement dévoilé par Emmanuel Macron jeudi dans une interview à la presse régionale, les boites de nuit sont les seuls établissements à ne pas avoir eu de perspective de réouverture.

Fermées depuis mars 2020, les portes des discothèques françaises devront ainsi rester closes. Le Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs (SNDLL) espère toutefois un assouplissement cet été.

"Les établissements ont des extérieurs qui peuvent être exploités, et dans les mesures annoncées par le président, les rassemblements en extérieur, et même en intérieur avec une certaine jauge, peuvent être exploités au-delà de 1.000 personnes", a affirmé ce vendredi sur 'LCI' son président Patrick Malvaes, qui ne comprend "pas pourquoi les discothèques ne peuvent pas bénéficier de cette mesure".

Les discothèques fermées depuis 14 mois

Pour rappel, le mercredi 19 mai marquera la réouverture des terrasses avec des tables de 6 personnes maximum ainsi que des musées, cinémas, théâtres et salles de spectacle avec des jauges limitées : 800 personnes en intérieur et 1.000 en extérieur et un public assis. Idem pour les enceintes sportives.

"Il faut bien voir que les discothèques sont fermées depuis 14 mois et que la pandémie s'est développée sans les discothèques, donc ce ne sont pas elles qui font la pandémie, a également estimé le président du SNDLL.

150 dépôts de bilan

"Je ne comprends pas ce qu'il se passe, pourquoi nous ? Qu'avons-nous fait ? Ce n'est pas normal, on ne peut pas nous traiter comme ça... C'est honteux, on doit nous donner des dates et des perspectives d'avenir", s'est indigné sur 'RTL' le président l'Umih-Nuit France Thierry Fontaine, alertant sur la situation de certains professionnels du monde de la nuit qui "ne vont pas bien".

Selon l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie, 150 discothèques ont déposé le bilan entre mars et décembre 2020. Ainsi, il reste désormais moins de 1.500 discothèques en France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.