Déconfinement : les commerçants réclament une réouverture "impérative" le 10 mai

Déconfinement : les commerçants réclament une réouverture "impérative" le 10 mai
Magasins fermés, confinement, reconfinement, covid

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 22 avril 2021 à 13h05

Quelque 12 fédérations et 150 dirigeants de réseaux ont signé un "plaidoyer pour une réouverture impérative de tous les commerces au plus tard le 10 mai"...

Quelque 12 fédérations et 150 dirigeants de réseaux ont signé un "plaidoyer pour une réouverture impérative de tous les commerces au plus tard le 10 mai"...

"Laissez-nous tous ouvrir le 10 mai !"... Après les appels du monde de la culture, des restaurateurs et des patrons de cafés, les commerçants ont réclamé à leur tour au gouvernement d'autoriser rapidement une réouverture de toutes les enseignes dites "non essentielles", dans une tribune publiée dans 'Le Parisien' ce jeudi.

Quelque 12 fédérations de commerçants et 150 patrons, franchisés et affiliés de réseaux de commerces, soit au total 300 signataires (dont Kiabi, Damart, Celio, Ikea, But, JouéClub ou encore La Grande Récré), ont en effet adressé un "plaidoyer" à Matignon et à Bercy "pour une réouverture impérative de tous les commerces au plus tard le 10 mai", refusant le principe d'une réouverture échelonnée, par secteur et par territoire.

"Le gouvernement et de nombreuses études scientifiques l'ont confirmé : les commerces ne sont pas des lieux de transmission du virus. Notre fermeture n'est qu'une mesure administrative supplémentaire pour réduire la circulation des Français", estiment-ils.

"Cette situation de fermeture ne peut plus durer"

"Nous prenons donc notre part à l'effort collectif de lutte contre le Covid, mais cette situation de fermeture ne peut plus durer. Elle met gravement en péril nos entreprises et inquiète nos 800.000 collaborateurs qui craignent pour leurs emplois", poursuivent les signataires, estimant à 20% les pertes de chiffre d'affaires en moyenne en 2020.

Puis "nous avons encore perdu plus de 30% d'activité depuis le début de l'année et chaque semaine de fermeture appauvrit et fragilise nos réseaux", ajoutent-ils, tout en évoquant "des problèmes importants de trésorerie", "un niveau de stock invendu croissant", "l'annulation de nos investissements" ou encore "la hausse de l'endettement de nos entreprises du fait des PGE".

Les signataires réclament "des compensations renforcées et rapides pour empêcher un séisme économique et social", alors que "trop d'entreprises n'ont encore rien perçu depuis le début de l'épidémie à l'exception du chômage partiel".

Le mois de mai est "capital en termes d'activité"

"Le mois de mai est pour de nombreux secteurs une période capitale en termes d'activité", pour les 150.000 magasins fermés depuis le 3 avril, soulignent-ils, rappelant par ailleurs que le "protocole sanitaire a déjà fait l'objet d'un renforcement en novembre dernier".

"C'est pourquoi la réouverture de tous les points de vente, quelles que soient leur taille et leur localisation, doit impérativement intervenir au plus tard le 10 mai !", insistent les signataires, avant d'ajouter : "il faut l'acter dès à présent afin que nous puissions l'anticiper, la préparer avec nos salariés et les rassurer".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.