Déconfinement : les discothèques toujours dans le flou

Déconfinement : les discothèques toujours dans le flou©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le mercredi 19 mai 2021 à 10h33

Les représentants du secteur ont déposé un référé pour demander la réouverture de leurs établissements le 30 juin et une audience devant le Conseil d'Etat est programmée ce mercredi.

Les représentants du secteur ont déposé un référé pour demander la réouverture de leurs établissements le 30 juin et une audience devant le Conseil d'Etat est programmée ce mercredi.

Réouverture des terrasses, des commerces, des lieux culturels (cinémas, théâtres, musées...). Alors que la France desserre la vis ce mercredi, les discothèques, elles, restent sur la touche, le gouvernement restant prudent face à la promiscuité dans ces établissements, fréquentés souvent par un public très jeune.

Les représentants du secteur ont déposé un référé pour demander la réouverture de leurs établissements le 30 juin et une audience devant le Conseil d'Etat est programmée ce mercredi à 10 heures. L'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) demande une intégration en urgence de leurs boîtes de nuit. La réponse des Sages est attendue dans les prochains jours.

Discrimination ?

Les patrons s'estiment victimes de discrimination, à l'heure où les concerts peuvent reprendre (avec une jauge limitée), de même que les mariages à partir du 9 juin, et que certains bars brassent également beaucoup de public. "Quelle différence il y a, aujourd'hui, entre un bar d'ambiance et une discothèque ? C'est exactement la même chose", affirmait lundi sur France 2 Thierry Josselin, patron de la discothèque "La Guinguette" à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

La goutte d'eau ? Certains lieux échangistes pourront ouvrir leurs portes avec une demi-jauge le 9 juin et sans restrictions le 30 juin. Un feu vert octroyé "lorsqu'ils n'ont pas d'activité de danse et sont classés de 'type N' comme les débits de boissons et les restaurants, tandis que des saunas libertins - dans la même catégorie administrative que les salles de sport -, rouvriront eux aussi le 9 juin", explique Thierry Fontaine de l'Umih Nuit dans les colonnes du 'Parisien'.

Gestes barrières

"Expliquez-nous comment dans un club échangiste, ou un sauna libertin, on peut respecter les gestes barrières ? Comment, dans un mariage, on peut danser et festoyer, et pas dans une discothèque ?", poursuit-il. Ses arguments sont suivis par d'autres patrons de boîtes de nuit, qui redoutent cet été la multiplication des fêtes clandestines, notamment sur les lieux de vacances, sans aucun contrôle.

La profession va mal : 152 boîtes de nuit, sur les 1.600 présentes en France, avaient mis la clef sous la porte à la fin mars 2021 et un établissement sur quatre serait actuellement en danger.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.