Déconfinement : les entreprises n'auront pas le droit de dépister leurs salariés, rappelle Pénicaud

Déconfinement : les entreprises n'auront pas le droit de dépister leurs salariés, rappelle Pénicaud©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 04 mai 2020 à 14h38

Alors que le gouvernement a publié le "protocole national de déconfinement" pour guider les entreprises dans leur reprise, la ministre du Travail a tenu à préciser que "le salarié a le droit de refuser" que l'on prenne sa température.

Alors que certaines d'entre elles prévoyaient de le faire, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a tenu à souligner que les entreprises ne seront pas autorisées à mener des campagnes de dépistage du coronavirus auprès de leurs salariés lors de la reprise d'activité, revenant sur le "protocole national de déconfinement" dévoilé dimanche.

"Il est interdit de faire des campagnes généralisées de dépistage en entreprise", a affirmé la ministre du Travail sur 'franceinfo' ce lundi, précisant également que "le salarié a le droit de refuser" que l'on prenne sa température.

Ce protocole de 20 pages "pour assurer la santé et la sécurité des salariés" face à la pandémie de coronavirus doit être respecté par toutes les entreprises dans le cadre du déconfinement à partir du 11 mai.

"L'entreprise n'a pas à connaître la situation" de santé des salariés

Pour rappel, certaines entreprises, comme le leader mondial du traitement de l'eau et des déchets Veolia, avaient annoncé vouloir tester leurs salariés. Mais selon Muriel Pénicaud, "l'entreprise n'a pas à connaître la situation, il y a le secret médical". "Le médecin du travail peut la connaître si le salarié lui en parle, mais il est soumis au secret, il n'y a pas d'obligation en entreprise", a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, si la prise de température en entreprise n'a pas été recommandée dans le protocole, c'est parce qu'une absence de température "ne signifie pas une absence de Covid", a-t-elle également rappelé. "A l'heure actuelle, seuls les tests virologiques RT-PCR sur prélèvement naso-pharyngés sont fiables pour confirmer le diagnostic de Covid-19", a précisé la ministre.

Un protocole basé sur des critères "universels"

Muriel Pénicaud, qui encourage tout de même la poursuite du télétravail, a également tenu à indiquer que ce "protocole national de déconfinement" est basé sur des critères "universels". "L'entreprise a la responsabilité de moyens, c'est-à-dire de mettre en place l'organisation du travail et les moyens nécessaires", a-t-elle insisté.

Ce mode d'emploi pour accompagner les entreprises lors de la reprise de l'activité précise également d'autres règles à respecter. Il établit notamment l'espace de sécurité pour chaque salarié à son bureau. Ainsi, chacun devra disposer d'un périmètre de sécurité de 4 mètres carrés à son bureau, permettant de garder en permanence un mètre de distance avec ses collègues.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.