Défaillances d'entreprises : des chiffres en trompe l'oeil...

Défaillances d'entreprises : des chiffres en trompe l'oeil...
bureau entreprise

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 19 janvier 2021 à 13h56

Il faut remonter à 1987 pour retrouver de tels niveaux, selon le cabinet Altarès.

Il faut remonter à 1987 pour retrouver de tels niveaux, selon le cabinet Altarès.

Cela ressemble à une "anomalie statistique"... Malgré une année 2020 marquée par l'une des plus graves crises sanitaires et économiques que le monde ait connu, faisant plonger le PIB de français de 9% en quelques mois, les défaillances d'entreprises ont dégringolé de 38,1% en 2020, avec 32.184 procédures enregistrées... C'est environ 20.000 de moins qu'en 2019, au plus bas depuis 30 ans, selon les données publiées mardi par le cabinet Altarès.

Fonds de solidarité, chômage partiel... L'Etat a "mis le paquet" pour éviter que l'économie s'effondre, rappelle Altarès. Autre donnée importante : les Urssaf ont cessé d'envoyer les entreprises au tribunal depuis le début de la pandémie, alors que ces procédures devant la justice représentent environ un quart des défaillances chaque année...

Chute dans toutes les régions

Dans le détail, cinq régions enregistrent une baisse supérieure à 41%. En tête, la Corse, suivie de l'Auvergne-Rhône-Alpes et du Grand Est puis des Pays de la Loire et du Centre Val-de-Loire.

Dans quatre régions les reculs des défaillances se situent entre 37% et 41% : l'Occitanie, la Nouvelle Aquitaine, les Hauts de France et la Bourgogne. Les autres régions enregistrent une baisse inférieure à 37%.

Signaux d'alarme

"Les adaptations juridiques, administratives et soutiens en trésorerie ont permis aux entreprises de se prémunir du défaut de paiement. Mais qu'en sera-t-il en 2021 ?", s'interroge Altarès.

Cependant des signaux d'alarmes émergent avec la proportion inquiétante de liquidations judiciaires directes, la baisse des procédures de sauvegardes et le nombre d'emplois menacés qui reste élevé. Les défaillances, bien que moins nombreuses ces derniers mois, menaceraient tout de même 130.000 emplois...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.