Défense: la forte hausse budgétaire 2019-2025 en débat à l'Assemblée

Chargement en cours
La ministre de la Défense Florence Parly, le 28 février 2018 à l'Elysée, à Paris
La ministre de la Défense Florence Parly, le 28 février 2018 à l'Elysée, à Paris
1/2
© AFP, ludovic MARIN

AFP, publié le mardi 20 mars 2018 à 07h30

L'Assemblée nationale examine à partir de mardi le projet de loi de programmation militaire 2019-2025 (LPM) qui prévoit un effort budgétaire d'ampleur, largement salué après des années de restriction même si une partie de l'opposition le juge "survendu".

Pendant trois jours, la ministre des Armées Florence Parly défendra dans l'hémicycle "un effort de la nation pour les armées" et une loi "à hauteur d'homme" axée sur l'amélioration du "quotidien du soldat" et la modernisation d'équipements à bout de souffle alors que l'armée reste engagée sur de nombreux fronts au Sahel (opération Barkhane), au Levant (Chammal), au Liban (Finul) ou sur le territoire national (Sentinelle).

Le budget de la Défense, de 34,2 milliards d'euros en 2018, va bénéficier d'une hausse de 1,7 md d'euros par an jusqu'en 2022, puis de 3 mds par an pour atteindre en 2025 l'objectif de 2% du PIB que se sont fixé les pays membres de l'Otan. 

Cette trajectoire, qui sera revue en 2021, contraste avec les réductions d'effectifs et les tensions financières endurées pendant plus d'une décennie par l'institution militaire, avant un redressement amorcé dans la foulée des attentats de 2015.

Après 60.000 suppressions d'effectifs entre 2005 et 2015, le ministère ambitionne de créer quelque 6.000 postes civils et militaires d'ici à 2025, dont 3.000 d'ici à cinq ans. En particulier pour renforcer la cyberdéfense et le renseignement.

Pour améliorer la condition des quelque 200.000 militaires français, la LPM augmente nettement les crédits des petits équipements, d'entretien du matériel et d'infrastructures. 

Deuxième grand axe: le renouvellement accéléré des matériels (blindés, patrouilleurs, avions ravitailleurs...), nombreux à aligner plusieurs décennies de service, et l'accent mis sur les capacités de renseignement (avions, drones, satellites...) pour accroître l'autonomie stratégique de la France.

Le gouvernement va également lancer des études sur le remplacement de l'unique porte-avions, le Charles de Gaulle, à l'horizon 2040, le développement du prochain standard de l'avion de combat Rafale ou encore le char de combat du futur. Les travaux de renouvellement des deux composantes (navale et aérienne) de la dissuasion nucléaire seront engagés avec un budget estimé à 37 milliards d'euros entre 2019 et 2025.

"Ces investissements vont permettre à la France de rester l'armée de référence en Europe", assure-t-on au ministère.

- Des militaires conseillers municipaux ? -

Pour LR, cette augmentation du budget est cependant "survendue" dans la mesure où la hausse la plus forte aura lieu entre 2023 et 2025, "lors du prochain quinquennat". La droite critique également le fait que le surcoût du financement des opérations extérieures sera à l'avenir porté par les armées et non plus réparti entre les ministères.

Des critiques partagées par les "Insoumis" qui déplorent en outre que "l'on s'arc-boute sur des fétiches comme la dissuasion nucléaire" alors que les communistes jugent eux que l'objectif de 2% "traduit la perte d'indépendance de la France dans l'Otan".

La majorité En marche-MoDem salue à l'inverse, par la voix du rapporteur Jean-Jacques Bridey (LREM) "un effort significatif et cohérent", reconnu également par le groupe UAI (UDI, Agir et indépendants), qui partage "le constat et les objectifs", et la Nouvelle gauche (ex-PS), qui salue en particulier "le plan famille et la rénovation des matériels".

De nombreux députés, sur tous les bancs, entendent cependant être "vigilants" sur la bonne exécution de la LPM. Ils veulent ainsi un renforcement du contrôle parlementaire et s'assurer qu'elle ne financera pas le rétablissement d'un service national universel. 

Contre l'avis du gouvernement, ils ont adopté en commission un amendement pour exempter le ministère de la Défense du plafonnement des restes à payer -différence entre autorisations d'engagement et crédits de paiement- qui pourrait limiter la mise en œuvre de grands projets sur plusieurs décennies.

Autre nouveauté introduite par la LPM, la possibilité pour les militaires, qui n'ont obtenu le droit de vote qu'en 1945, de devenir conseiller municipal dans des petites communes (seuil relevé de 3.500 à 9.000 habitants en commission) même s'ils ne peuvent toujours pas exercer les fonctions de maire ni d'adjoint. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
5 commentaires - Défense: la forte hausse budgétaire 2019-2025 en débat à l'Assemblée
  • avatar
    Grobis -

    A la veille de 1914 des parlementaires refusaient de doter notre armée d'artillerie lourde.Il fallu 2 ans pour rétablir ce manque, manque qui nous coutât beaucoup de monde. En 37 l'on trainait des pieds pour constituer des divisions blindées. De nouveau des parlementaires vont critiquer cette proposition de budget.

  • avatar
    nono24 -

    Cedant arma togae (l'épée cède à la toge).
    Cette sentence a été prononcée par Ciceron et c'était au début du processus de décadence de Rome.
    En France on a commencé à "décader" depuis cent ans et si la vitesse d'évolution est respectée nous sommes au bord de la chute de l'occident chrétien.
    Voilà ce qui arrive lorsqu'on confie la conduite des armées à un amateur en tenue civile costume cravate, pour remplacer la toge sénatoriale.
    Tous les autres présidents ont fait leurs armes. Même si Sarkozy les a faites en poussant un balai, il savait par quel bout on tient un fusil. Tous ont eu ou déclenché, au besoin, leur petite ou grande guerre pour pouvoir coiffer la couronne de chêne. Mais quand les bleubites s'en mêlent ont peut avoir peur d'autant plus que les chefs actuels n'ont pas tous le courage de dire merde au Président et de démissionner. Vous avez vu à quelle vitesse les fayots se sont précipités pour lécher les pompes du chef suprême des armées.
    On veut décader disaient les compagnons d'Astérix, eh bien on y est ; pas la peine de crier.

    avatar
    ARBALETE -

    ----- Trés belle réaction, j'apprécie d'autant que le militaire à la retraite que je suis n'est pas à la fête .... actuellement le mensonge est roi et je ne crois pas un mot de ces promesses !!!!

    avatar
    gaby_89 -

    le service militaire a été supprimé du temps du président (sursitaire ) comme tant d'autres alors c'est un procès d'intention que vous lui faites quant aux autres que vous citez c'est une plaisanterie !!! mis !à part l'ancien président Chirac qui a lui a effectué son service militaire en Algérie !!

  • avatar
    zazinou -

    Il est normal alors que la guerre est un peu partout dans le monde d'avoir une armée forte ,chaque fois que la France à baissé sa garde nous l'avons payé cher, les deux dernières guerres mondiales ne nous ont pas servi de leçon, le proverbe ne dit il pas :si tu veux la paix prépare la guerre '

  • avatar
    tricoteur -

    on ne sait jamais; autant les mettres de notre coté !

  • avatar
    UnFierGaulois -

    Après une telle annonce, époustouflante, après ce qui vient de se passer (souvenons-nous de mi 2017, après le 14 juillet!), Il faut tout de suite pensé "ces paroles cachent quoi" ? 2025 est très loin, il peut s'en passer des choses... Revenons à l'Histoire militaire Française de ces 50 dernières années (on ne peut prédire l'avenir mais l'on peut analyser le passé!). J'ai passé l'âge de croire "aux coups de cœur,de pubs et d'annonces mirifiques... Peut-être ai-je tort je l'espère...