Des calendriers différents pour la réforme des retraites

Des calendriers différents pour la réforme des retraites©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 11 décembre 2019 à 09h59

Plusieurs médias rapportent que la réforme ne s'appliquera pas aux générations nées avant 1975. Edouard Philippe doit présenter l'intégralité de son texte ce midi.

Le Premier ministre Edouard Philippe doit s'exprimer ce mercredi à midi, pour présenter devant le Cese (Conseil économique, social et environnemental) le contenu de la réforme sur les retraites. Il sera ensuite l'invité du journal de 20 heures de TF1 pour défendre ce projet de retraite universelle par points.

Cette réforme s'appliquera selon des calendriers et des modalités différents, a confirmé mercredi matin Gilles Le Gendre, le président du groupe LaRem à l'Assemblée nationale. "Pour faire converger 42 régimes vers ce régime unique, il faut que nous tenions compte des spécificités, des variétés qui sont énormes et (...) que nous les faisions converger en tenant compte de ces spécificités avec des calendriers différents et des mesures d'accompagnement différentes pour que précisément personne ne soit lésé dans cette réforme", a-t-il expliqué au micro de France Inter.

Des calendriers décalés

Plusieurs médias rapportent que la réforme ne s'appliquera pas aux générations nées avant 1975. Pour les générations suivantes, elle s'appliquera partiellement en 2025 selon France Inter, en 2037 selon BFM TV. Les jeunes de 18 ans, eux, entreraient dans le nouveau système à compter du 1er janvier 2022, date à laquelle sera également enclenchée la retraite à taux plein minimum à 1.000 euros. Il y aurait également un âge pivot à partir duquel il serait possible de partir à taux plein.

Gilles Le Gendre n'a pas démenti ces informations mais a refusé de les commenter. "Le Premier ministre précisera exactement ces dates, ces chiffres, je n'ai pas à le faire à sa place."

Pas d'"annonces magiques"

Mardi, lors d'une allocution devant les députés de la majorité, le Premier ministre a indiqué qu'"il n'y a pas d'annonces magiques" qui puissent faire "cesser les manifestations" et "les questions" des Français sur la réforme des retraites dans sa présentation de ce midi.

L'intersyndicale réunissant FO, la CGT, FSU-Solidaires et quatre organisations de jeunesse maintient la pression. Elle a ainsi appelé mardi soir à des actions locales le jeudi 12 décembre, ainsi qu'à une manifestation nationale le mardi 17 décembre à Paris.

339.000 manifestants mardi

Les défilés organisés dans toute la France ont rassemblé moins de manifestants que la première journée de mobilisation, jeudi dernier, le 5 décembre.

339.000 manifestants ont battu le pavé dans l'hexagone (dont 31.000 à Paris), contre 806.000 jeudi dernier, selon le ministère de l'Intérieur. Selon la CGT, les manifestants étaient 885.000 (dont 180.000 à Paris) contre 1,4 à 1,5 million la semaine passée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.