Des militants de Greenpeace s'introduisent dans la centrale du Tricastin

Des militants de Greenpeace s'introduisent dans la centrale du Tricastin©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 21 février 2020 à 14h59

Ils ont profité de la fermeture très attendue de Fessenheim, programmée à partir de ce weekend, pour demander au gouvernement d'aller plus loin

EDF lancera samedi l'arrêt du réacteur no1 de Fessenheim (Haut-Rhin), la plus vieille centrale de France, avant un arrêt complet du site programmé le 30 juin. Dans la Drôme, des militants de Greenpeace ont profité de cette date très attendue pour demander au gouvernement d'aller plus loin : ils se sont introduits vendredi dans l'enceinte de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) pour réclamer sa fermeture.

Armés de marteaux-piqueurs en mousse pour mimer un démantèlement de la centrale du Tricastin, une cinquantaine d'entre eux ont pu accéder dans la matinée à plusieurs points du site, selon une porte-parole de l'organisation écologique, Cécile Génot.

Quelle politique énergétique ?

EDF, l'exploitant de la centrale, a confirmé une intrusion dans la zone des bâtiments administratifs du site, mais a dit que la partie nucléaire des installations n'avait pas été atteinte. "EDF condamne l'intrusion d'individus dans la centrale de Tricastin ce matin (...) Il s'agit d'une infraction qui donnera lieu à un dépôt de plainte", a déclaré le groupe public français dans un communiqué. Il précise que 18 militants anti-nucléaires ont été arrêtés et que l'intrusion n'a eu aucun impact sur la sûreté des installations.

Cette action a été décidée en plein débat sur la politique énergétique de la France. Alors que l'essentiel de l'électricité est d'origine nucléaire, produite par des centrales vieillissantes, le gouvernement souhaite réduire la part du nucléaire de 75% à 50% d'ici 2035. "Nous protestons et attirons l'attention sur une centrale nucléaire vieillissante qui est dangereuse et devrait être fermée", a déclaré Greenpeace.

40 ans, durée maximale de vie ?

L'organisation estime dans un communiqué que les centrales de Tricastin et de Fessenheim doivent fermer, alors que la première va fêter cette année son quarantième anniversaire d'exploitation et la seconde son quarante-troisième. "Quarante ans est la durée de fonctionnement maximale pour laquelle les réacteurs français ont été conçus et testés", souligne l'organisation de défense de l'environnement. "Au-delà de 40 ans, les conséquences du vieillissement des centrales sont imprévisibles. Cette année, le Tricastin dépassera sa date d'expiration: pour garantir la sécurité des personnes, il doit fermer dès que possible."

EDF a réalisé en juin des travaux de maintenance et de modernisation sur le réacteur numéro 1 de la centrale du Tricastin afin de porter sa durée de vie à 50 ans. Les militants de Greenpeace estiment cependant que le site pose de nombreux problèmes de sécurité, notamment des fissures à l'intérieur de la cuve du réacteur, qui nécessitent son arrêt immédiat et son démantèlement.

L'ASN, l'Autorité de sûreté nucléaire, doit rendre d'ici la fin de l'année un "avis générique" sur la prolongation des réacteurs de 900 MW au-delà de 40 ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.