Discothèques : toujours pas de réouverture, mais une aide de l'Etat

Discothèques : toujours pas de réouverture, mais une aide de l'Etat
boîte de nuit

Boursier.com, publié le vendredi 24 juillet 2020 à 14h34

Le gouvernement a annoncé la création d'un fonds de soutien, qui doit permettre de couvrir dans la durée les charges fixes des professionnels du secteur à hauteur de 15.000 euros par mois, de juin à août...

"Une bouffée d'oxygène" pour les acteurs du monde de la nuit... Lors d'un point presse ce vendredi, le ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises Alain Griset a annoncé la création d'un fonds de solidarité, à hauteur de 15.000 euros par mois de juin à août, au lieu de 5.000 euros initialement prévus dans les dispositifs d'aides aux entreprises menacées de faillite. Il doit leur permettre de couvrir leurs charges fixes, alors que les boîtes de nuit sont fermées depuis quatre mois pour cause de pandémie de Covid-19...

"J'ai proposé aux organisations représentatives d'avoir un dispositif particulier exceptionnel pour leur permettre, au-delà du 10 septembre, de ne pas avoir de risque de fermetures : nous avons ouvert le fonds de solidarité en ayant des dispositifs dérogatoires...", a-t-il ainsi déclaré à l'issue d'une réunion avec les représentants du monde de la nuit. Les critères de chiffre d'affaires, de nombre de salariés, de perte de revenus ne s'appliqueront plus.

"Avec 150 député(e)s, nous nous sommes mobilisé(e) depuis plusieurs semaines pour faire comprendre l'urgence d'apporter un soutien économique aux 1.600 chefs d'entreprises qui travaillent la nuit dans les discothèques. Le fonds de soutien sera une bouffée d'oxygène pour ce secteur", a de son côté estimé dans un communiqué Christophe Blanchet, député de la quatrième circonscription du Calvados.

Pas de date de réouverture officielle

Il rappelle que les professionnels sont "sans recettes ni ressources depuis le 17 mars" et "dans une situation extrêmement périlleuse". "Alors que les aides de l'Etat leur étaient peu accessibles, que les frais relatifs à leurs assurances ou à leurs loyers, ces établissements semblent ne pas pouvoir rouvrir avant le début du mois d'octobre", a ajouté le député.

Pour l'heure, les établissements de nuit sont contraints de restés fermés au moins jusqu'au 1er septembre, alors qu'ils espéraient pouvoir rouvrir sous conditions au mois de juillet. Alain Griset a toutefois indiqué qu'aucune date de réouverture officielle n'a été fixée, puisque cela dépendra de la situation sanitaire...

Les boîtes de nuit déboutées

Le 14 juillet dernier, le Conseil d'Etat avait rejeté la demande de réouverture des discothèques, estimant que leur fermeture prolongée n'était pas "disproportionnée", après un recours du Syndicat national des discothèques et lieux de loisir (SNDLL) contre la décision du gouvernement de prolonger la fermeture des établissements jusqu'en septembre.

Selon des chiffres dévoilés par le 'Journal du dimanche' fin mai, près d'un tiers des patrons de boîtes interrogés par le syndicat patronal du secteur estimaient qu'ils ne se remettront pas du coronavirus et 10% envisagaient de stopper leur activité. Pour rappel, les discothèques en France représentent entre 25.000 et 30.000 emplois directs, et même 55.000 en ajoutant les bars de nuit...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.