Distribution : la France a bien emprunté le chemin de la "déconsommation"

Distribution : la France a bien emprunté le chemin de la "déconsommation"
caddie supermarché distributeur

Boursier.com, publié le vendredi 17 janvier 2020 à 16h43

Selon une étude de l'institut Iri, les ventes de produits alimentaires et de grande consommation ont reculé de 1,4% en volumes l'an passé, après -0,7% en 2018.

De la consommation à la "déconsommation"... D'après une étude de l'institut Iri publiée ce vendredi, les ventes de produits alimentaires et de grande consommation se sont repliées de 1,4% en volumes en 2019. C'est du jamais vu. La baisse avait été amorcée en 2018 (-0,7%), après deux ans de stagnation et une hausse de 1,5% en 2015.

Tous les types de magasin sont touchés par ce phénomène. Les hypermarchés restent les plus touchés, avec une baisse des ventes de 2,3%. L'étude note également que les magasins de proximité ont vendu 0,6% de produits de grande consommation de moins l'an passé qu'en 2018.

Sur quatre ans, les ventes de produits de grande consommation ont ainsi baissé de 2%, alors que la population française continue de croître (+ 0,6%). Or, selon l'institut Iri, la consommation a toujours été portée par la démographie.

De nouvelles habitudes de consommation

L'institut explique ce phénomène par les nouvelles habitudes de consommation. "Il y a une partie de ces achats qui vont être reportés sur d'autres circuits de distribution", explique la spécialiste d'Iri Emily Mayer. "Mais de manière générale, on sent qu'on arrive à une certaine sobriété de la consommation en volume, en France, avec la population qui vieillit et qui se tertiarise énormément", ajoute-t-elle.

Par ailleurs, les Français ne font plus leurs courses une fois par semaine dans un seul et même endroit. En effet, selon Yves Marin, associé chez Bartle, interrogé par 'Le Figaro', les consommateurs "fractionnent de plus en plus leurs achats". "Un même consommateur peut faire ses courses en grande surface, dans une enseigne spécialiste du bio et chez un discounter tels qu'Action ou Stokhomani, dont la croissance est très forte en France."

Les grandes enseignes face à la concurrence

Selon Nathan Stern, directeur des études d'Altivia Shoppermind, cité par le quotidien, il y aurait "une sensibilité aiguë et croissante des Français à la question" du gaspillage et de la surconsommation. En témoigne, dans un autre secteur, le regain d'intérêt pour les produits d'occasion, qui sont devenus valorisants".

Autre élément à prendre en compte : la concurrence d'autres circuits de distribution. La restauration ou encore les livraisons de repas à domicile ou au bureau (Deliveroo, Uber Eats ou Just Eat) se sont imposées. Même si ce mode de consommation reste encore très urbain, il pèserait aujourd'hui plus de 3 milliards d'euros en France, comme le rappelle 'Le Figaro'.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.