Donald Trump coupe les ponts avec l'OMS

Donald Trump coupe les ponts avec l'OMS©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le mercredi 15 avril 2020 à 16h35

L'Organisation mondiale de la Santé perd ainsi son plus gros contributeur : les Etats-Unis ont versé plus de 400 millions de dollars en 2019. La France "regrette" la décision du président américain.

L'Organisation mondiale de la Santé perd ainsi son plus gros contributeur : les Etats-Unis ont versé plus de 400 millions de dollars en 2019. La France "regrette" la décision du président américain.

Le président américain lui reproche d'avoir "failli à ses devoirs essentiels" dans la lutte contre l'épidémie de coronavirus et pense même qu'elle doit en "être tenue pour responsable". Donald Trump a demandé mardi à son administration de cesser de financer l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), un coup dur pour l'organisation onusienne, en pleine crise sanitaire mondiale.

Lors d'un point de presse à la Maison blanche, il a ajouté que l'organisation avait encouragé la "désinformation" chinoise au sujet du virus, ce qui aurait conduit à une épidémie plus importante. Les tensions montaient avec Washington depuis plusieurs jours, Donald Trump étant de plus en plus critique envers l'organisation alors que la crise sanitaire se poursuit.

Le plus gros contributeur

L'OMS perd ainsi son plus gros contributeur : les Etats-Unis ont versé plus de 400 millions de dollars en 2019, soit environ 15% du total.

Réagissant à l'annonce de Donald Trump, le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, a jugé que "ce n'était pas le moment" de réduire les ressources de l'OMS. "C'est à présent le temps pour l'unité et pour la communauté internationale de travailler ensemble et solidairement pour arrêter ce virus et ses conséquences graves", a-t-il dit.

Regrets de la France

La France a exprimé sa déception mercredi, par la voix de la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. "Nous regrettons à chaque fois qu'il y a une encoche dans le multilatéralisme, que cette encoche ait lieu", a-t-elle déclaré lors du compte-rendu du conseil des ministres à l'Elysée.

"Et nous espérons vivement qu'il y ait un retour rapide à la normale et que l'OMS, qui fait face à une épidémie inédite tout comme l'ensemble des pays du monde, puisse effectuer de manière sereine le travail qui est le sien", a-t-elle ajouté.

Concert de critiques

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, estime pour sa part qu'un renforcement de l'OMS est au contraire nécessaire.

"Le virus ne connaît pas de frontières. Nous devons travailler en étroite collaboration contre le COVID-19. L'un des meilleurs investissements est de renforcer l'ONU, en particulier l'OMS sous-financé, par exemple pour développer et distribuer des tests et des vaccins", a-t-il déclaré sur Twitter.

La Chine aussi proteste

La Chine, de son côté, a exhorté mercredi les Etats-Unis à s'acquitter de leurs obligations envers l'OMS. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré à la presse que la décision des Etats-Unis affecterait tous les pays du monde.

Les Etats-Unis sont devenus l'épicentre de la pandémie qui a fait à ce stade 25.700 morts et plus de 600.000 contaminations, selon un décompte de Reuters.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.