Donald Trump met le dossier chinois au coeur de la campagne électorale

Donald Trump met le dossier chinois au coeur de la campagne électorale©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 08 septembre 2020 à 06h45

Le président américain a fait lundi la promotion de ce qu'il appelle un "découplage" entre les économies des Etats-Unis et de la Chine. "Nous allons mettre fin à notre dépendance à la Chine car on ne peut pas se fier à la Chine", a-t-il dit.

Très dépendantes l'une de l'autre, les deux premières économies du monde pourraient-elles survivre et prospérer séparément ? Le président américain Donald Trump, en pleine campagne électorale, n'a pas hésité lundi à faire la promotion de ce qu'il appelle un "découplage" entre les économies des Etats-Unis et de la Chine.

"Quand on mentionne le mot 'découpler', c'est un mot intéressant", a dit le président américain lundi soir lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, en assurant que cela ne ferait pas perdre d'argent aux Etats-Unis. Il a aussi promis de relocaliser des emplois de la Chine vers les Etats-Unis, un thème qui figurait déjà au coeur de sa campagne de 2016...

La présidentielle du 3 novembre en ligne de mire

"Nous perdons des milliards de dollars et si nous ne faisions pas d'affaires avec eux (ndlr: les Chinois), nous ne perdrions pas des milliards de dollars... Ça s'appelle le découplage, donc on va commencer à y penser", a-t-il ajouté. "Si Biden gagne, la Chine gagne car la Chine prendra possession de ce pays", a-t-il ajouté, attaquant Joe Biden, son adversaire démocrate pour la présidentielle du 3 novembre prochain.

"Nous allons faire de l'Amérique la superpuissance industrielle du monde et mettre fin à notre dépendance à la Chine une bonne fois pour toutes. Que ce soit par un découplage ou en instaurant des droits de douane massifs comme je l'ai déjà fait, nous allons mettre fin à notre dépendance à la Chine car on ne peut pas se fier à la Chine", a dit le président américain, qui accuse Pékin d'être responsable de la pandémie due au nouveau coronavirus.

"Nous allons rapatrier des emplois de la Chine vers les Etats-Unis et nous allons imposer des tarifs sur les entreprises qui désertent l'Amérique pour créer des emplois en Chine et dans d'autres pays", a-t-il poursuivi.

La mise en oeuvre de l'accord de "Phase 1" retardée par la crise du coronavirus

Après un bras de fer commercial de deux ans, marqué par un relèvement des droits de douane sur des centaines de milliards de dollars de marchandises de part et d'autre, les Etats-Unis et la Chine ont signé le 15 janvier 2020 un accord commercial dit "de Phase 1", qui prévoit notamment que Pékin accroisse de 200 milliards de dollars ses achats de produits américains sur les deux prochaines années.

La crise du coronavirus a cependant contribué à tendre à nouveau les relations entre les deux pays, même si officiellement, l'accord de janvier reste en vigueur. Mais à la fin juin, moins de la moitié (46%) des achats attendus à ce stade avaient été réalisés par Pékin, selon des données compilées par le Peterson Institute for International Economics (PIIE).

Huawei, TikTok... La technologie au coeur de la rivalité sino-américaine

Au-delà de la rivalité commerciale, les deux pays s'affrontent sur le terrain des technologies : Washington, qui soupçonne les entreprises chinoises d'espionner pour le compte de Pékin, tente de forcer la vente aux Etats-Unis de l'application TikTok, filiale du groupe chinois Bytedance.

Les Etats-Unis ont aussi banni Huawei, géant chinois des télécoms, de leurs réseaux télécoms et ils cherchent à convaincre leurs alliés d'écarter Huawei des réseaux 5G, la cinquième génération de l'internet mobile.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.