Donald Trump va enfin savourer sa réforme fiscale "révolutionnaire"

Donald Trump va enfin savourer sa réforme fiscale "révolutionnaire"©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 19 décembre 2017 à 23h20

Près d'un an après sa prise de fonction, le président américain Donald Trump s'apprête à savourer sa première véritable victoire politique en matière de réforme. Alors que ses tentatives de remanier le système d'assurance-santé ("Obamacare") ont échoué jusqu'ici, la vaste réforme fiscale, présentée comme une "révolution", est sur le point d'être définitivement adoptée par la majorité républicaine au Congrès.

La Chambre des représentants a ainsi approuvé mardi, par 227 voix contre 203, ce fameux projet de réforme, et le texte devait ensuite être voté par le Sénat dans la nuit de mardi à mercredi, selon Mitch McConnell, chef de file des républicains au Sénat. Enfin, Donald Trump pourrait ratifier la loi dès ce mercredi.

Les indices boursiers américains galvanisés depuis le début de l'année

Les marchés financiers américains, qui avaient largement anticipé l'adoption de la loi depuis quelques jours, envoyant les indices boursiers à un niveau record lundi soir, ont marqué le pas mardi soir après le vote de la chambre. A Wall Street, l'indice Dow Jones a reculé de 0,15%, tandis que l'indice large S&P 500 a fléchi de 0,32% et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a lâché 0,44%.

Depuis le début de l'année, les trois indices ont cependant gagné respectivement 25,4%, 20% et 29,4%, essentiellement galvanisés par la perspective de la réforme fiscale de grande ampleur promise par Donald Trump lors de sa campagne présidentielle.

L'électrochoc fiscal pourrait doper la croissance mais creuser le déficit

Objet d'un vif débat au sein même du camp républicain, cette réforme prévoit un taux d'imposition sur les bénéfices de 21% pour les sociétés, contre 35% actuellement, et un taux maximal de 37% pour les particuliers au lieu de 39,6% jusqu'ici.

La Maison Blanche estime que cet électrochoc fiscal permettra à l'économie américaine d'accélérer son rythme de croissance pour dépasser les 3% par an, alors qu'elle évolue entre 1,5% et 2,5% depuis 2010. Toutefois, la forte baisse d'impôts devrait aussi creuser le déficit budgétaire. Celui-ci devrait s'élargir de 1.500 milliards de dollars (près de 1.300 MdsE) sur dix ans, alors qu'il est déjà estimé à environ 20.000 milliards sur cette période.

Les élus démocrates du Congrès, qui se sont opposés à la réforme, dépeignent la loi comme un cadeau aux plus riches et aux entreprises. "Souvenez-vous de ce jour", a notamment lancé Nancy Pelosi, chef des démocrates de la Chambre. La loi est, a-t-elle dite, "un vol pur et simple de la classe moyenne".

Nette tension sur les taux d'intérêts

Sur les marchés obligataires américains, les taux se sont nettement tendus mardi pour la deuxième séance consécutive, car le tandem croissance et déficit accrus signifient que les investisseurs anticipent un accélération de l'inflation et exigent des rendements obligataires plus élevés.

Le rendement de l'emprunt américain (T-Bond) à 10 ans a ainsi grimpé mardi de 7 points de base (centièmes de point) à 2,46% au plus haut depuis environ 2 mois. En deux jours, ce taux a bondi de 11 pdb, une de ses plus fortes poussées de 2017 en 48 heures.

La tension sur les taux a également été forte en Europe, après des propos de Jens Weidmann, membre du conseil de la BCE, incitant à mettre fin à la politique monétaire ultra-accommodante dans la zone euro. Le rendement du Bund à 10 ans a pris 7 pdb à 0,37%, celui de l'OAT de même échéance a grimpé de 8 pdb à 0,70% et celui de l'emprunt italien à 10 ans à flambé de 11 pdb pour se hisser à 1,90%.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU