Données personnelles : 20 ONG alertent sur le rachat de Fitbit par Google

Données personnelles : 20 ONG alertent sur le rachat de Fitbit par Google
fitbit montre connecté bracelet

Boursier.com, publié le jeudi 02 juillet 2020 à 14h11

Des associations de consommateurs s'inquiètent du rachat du géant des montres connectées par Google, qui menacerait, selon elles, la protection des données personnelles...

Le rachat de Fitbit par Google passe mal pour les défenseurs de la vie privée.. Une vingtaine d'ONG ont mis en garde ce jeudi contre l'acquisition par firme américaine de l'un des leaders mondiaux des objets connectés spécialisés dans les activités sportives. Cette opération menacerait, selon elles, la protection des données personnelles.

"L'expérience passée montre que les régulateurs doivent se méfier de toute promesse" qui sera faite "de restreindre l'utilisation des données", ont prévenu dans un communiqué commun les organisations, dont le Beuc (Bureau européen des unions de consommateurs), l'Open Markets Institute, le Public Citizen basé aux Etats-Unis, ou encore l'Access Now en Europe...

"Les régulateurs doivent partir du principe que Google exploitera en pratique l'ensemble des données uniques, hautement sensibles et actuellement indépendantes de Fitbit en combinaison avec les siennes", ont estimé les ONG.

2,1 milliards de dollars

En outre, les associations de consommateurs estiment que ce rachat risque d'aggraver la position dominante du géant américain, alors que la Commission européenne a jusqu'au 20 juillet pour autoriser ou non l'opération. Pour rappel, Google avait annoncé, sur son blog début novembre, qu'il s'était offert le géant des montres connectées pour 2,1 milliards de dollars. La transaction, qui doit permettre à Google de concurrence Apple et son Apple Watch sur le marché des objets connectés, devait être finalisée en 2020.

Le Comité européen de la protection des données (EDPB) avait déjà exprimé en février ses inquiétudes suite à cette opération. Pour tenter de rassurer sur ses intentions, une porte-parole de Google avait alors assuré que ce rachat devait concerner "les appareils", et non "pas les données".

"Un test"

Des explications qui ne semblent pas convaincre les ONG. Selon elles, ce rachat par Google, déjà sous le coup d'une enquête antitrust aux Etats-Unis, devrait d'ailleurs constituer "un test" pour savoir comment "les régulateurs abordent l'immense pouvoir que les géants technologiques exercent sur l'économie numérique et leur capacité à étendre leurs écosystèmes sans contrôle".

A noter également que Facebook s'était également penché sur le rachat de la société fondée en 2007, qui commercialise des montres connectées permettant de mesurer le nombre de pas faits quotidiennement, le nombre de calories absorbées ou encore le nombre d'heures de sommeil recommandées...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.