Droits de l'Homme : Emmanuel Macron au coeur du volcan

Droits de l'Homme : Emmanuel Macron au coeur du volcan©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 18 janvier 2018 à 16h28

La France est en première ligne de la contre-offensive face aux populismes, mais sa défense des droits de l'Homme n'est pas encore aboutie, tant aux niveaux intérieur qu'international, estime le directeur exécutif de Human Rights Watch. Le dernier rapport de HRW passe en revue la situation des droits de l'Homme dans pas moins de 90 pays... En Chine et en Russie, le directeur de l'ONG dénonce ainsi "une vague de répression sans précédent en une génération".

La présentation du rapport annuel de l'organisation sur la situation des droits de l'Homme dans le monde se déroulait ce jeudi à Paris, après Washington l'an dernier, en réaction à l'élection de Donald Trump...

"Par de nombreux aspects, Paris devient l'épicentre de cette "contre-offensive", estime Ken Roth, directeur exécutif de l'ONG, qui salue la campagne électorale d'Emmanuel Macron comme la preuve qu'"il n'était pas nécessaire d'émuler l'extrême droite afin de la vaincre".

Bilan mitigé

"Le défi pour Macron est désormais de gouverner selon les principes avec lesquels il a fait campagne... Et honnêtement le bilan est pour l'instant mitigé" poursuit-il... Au niveau intérieur, il pointe du doigt la loi antiterroriste entrée en vigueur le 1er novembre en relais de l'état d'urgence. "En matière d'immigration, le bilan est mitigé", ajoute Roth qui salue en revanche le discours de fermeté du chef de l'Etat, qui a appelé hier à Calais les forces de l'ordre à l'exemplarité et a mis en avant le travail d'alerte de HRW.

Après la publication l'été dernier d'un rapport de HRW, les inspections générales de l'administration ont conclu à de "plausibles" manquements et à un usage disproportionné de gaz lacrymogène lors d'interventions contre des migrants à Calais... "Les centres d'hébergement doivent rester des sanctuaires et les lois sur l'immigration doivent être appliquées ailleurs", estime Ken Roth.

Rôle central de la France

Sur le plan international, au titre "des grandes puissances qui ont traditionnellement défendu les droits de l'Homme et que nous pouvons compter comme alliés, les Etats-Unis ont largement disparu avec Trump et le Royaume-Uni se préoccupe surtout du Brexit"... Il qualifie en outre Donald Trump de "désastre" pour la promotion des droits de l'Homme.

"En Europe, il reste donc la France et l'Allemagne, et Angela Merkel a été une voix très importante, mais elle s'occupe pour le moment de bâtir une coalition de gouvernement et beaucoup de choses pèsent désormais sur les épaules du président Macron".

Oui, mais...

A son crédit, Ken Roth note l'attitude de la France face à la Russie de Vladimir Poutine, la Turquie d'Erdogan récemment passé par Paris, la Hongrie de Viktor Orban et le Venezuela de Maduro.

Mais "le président n'est pas encore à l'aise avec la défense des droits de l'Homme quand cette dernière a un coût", selon Ken Roth qui évoque le dossier chinois, le Yémen, et le refus de "donner des leçons" au président égyptien Abdel Fattah al Sissi...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.