Dropshipping : Bruno Le Maire appelle les influenceurs à la responsabilité

Dropshipping : Bruno Le Maire appelle les influenceurs à la responsabilité
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 22 avril 2021 à 16h13

Le ministre de l'Economie a appelé les influenceurs à "faire attention" aux produits qu'ils recommandent, pour que cela "corresponde à la réalité du produit"...

Le ministre de l'Economie a appelé les influenceurs à "faire attention" aux produits qu'ils recommandent, pour que cela "corresponde à la réalité du produit"...

Le gouvernement monte au créneau face à la recrudescence d'arnaques liées au dropshipping... Alors que les sites adeptes de cette méthode de vente en ligne se multiplient depuis ces dernières années, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a appelé mercredi les influenceurs à la responsabilité.

"Je voudrais vraiment faire appel à tous les influenceurs qui ont un impact considérable sur la décision d'achat des jeunes : prenez vos responsabilités", a demandé le locataire de Bercy dans une vidéo postée sur Twitter, à la veille de la présentation du bilan annuel 2020 de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

"Faites attention à ce vous recommandez, faites attention à vos promos flash. Il faut que tout cela corresponde à la réalité du produit", a insisté le ministre, affirmant sa volonté à "mettre fin à ces pratiques abusives".

"C'est souvent vendu plus cher"

Le "dropshipping" est une solution permettant à un web marchand de vendre en ligne des produits qui sont en stock chez son fournisseur. Ainsi, les articles ne sont pas physiquement disponibles en stock et la livraison se fait directement par le fournisseur et non par le vendeur. Mais certains sites font miroiter des rabais élevés sur des produits de piètre qualité, présentés comme haut de gamme, flirtant souvent avec la légalité.

"Le consommateur croit s'adresser à un site français mais en réalité, le marchand français n'a pas de fournisseur et se contente de transmettre la commande à un site chinois. De fait, c'est souvent vendu plus cher, c'est beaucoup plus compliqué pour le consommateur de renvoyer le produit et de se faire rembourser en cas de souci", expliquait au 'Parisien' en janvier 2020 Cyril Brosset, journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies à l'UFC-Que Choisir.

"De la publicité mensongère"

"Le dropshipping n'est pas illégal, vous avez le droit de vendre sur une plateforme des produits que vous ne possédez pas", souligne le ministre, avant d'ajouter : "en revanche, ce qui est parfaitement illégal et ce qui est un fléau que nous voulons combattre, c'est de vendre à des clients potentiels - qui souvent d'ailleurs sont des clients jeunes qui peuvent avoir 15, 17, 20 ans - des produits qui ne correspondent pas à la publicité que vous en avez faite"

"Cela s'appelle de la publicité mensongère et de la vente mensongère", insiste Bruno Le Maire, qui a incité les consommateurs à signaler d'éventuelles arnaques de vente en ligne sur un site dédié.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.