Duralex: le gouvernement attentif, des projets de reprise existent, assure Agnès Pannier-Runacher

Duralex: le gouvernement attentif, des projets de reprise existent, assure Agnès Pannier-Runacher
Duralex a été placée cette semaine en redressement judiciaire par le tribunal de commerce d'Orléans, avec une période d'observation de six mois

AFP, publié le vendredi 25 septembre 2020 à 12h05

La ministre déléguée à l'Industrie a assuré vendredi que le gouvernement serait "très attentif" au suivi du dossier de la verrerie Duralex placée en redressement judiciaire, en soulignant que "des projets de reprise existent aujourd'hui". 

"Duralex est une marque de renommée internationale" et "nous sommes tous convaincus qu'il existe un bel avenir" pour cette entreprise, a affirmé Agnès Pannier-Runacher dans une déclaration transmise à l'AFP.

"Le gouvernement sera très attentif au suivi de la procédure collective et sera mobilisé aux côtés de la Région pour faire émerger des projets de reprise afin de pérenniser l'activité industrielle et les emplois sur le site", a-t-elle ajouté. 

Duralex a été placée en redressement judiciaire mercredi par le tribunal de commerce d'Orléans, avec une période d'observation de six mois.

"L'ouverture d'une procédure collective va permettre de rendre visibles des projets de reprise qui existent aujourd'hui", a indiqué Mme Pannier-Runacher. La ministre observe que le site "est en difficulté depuis plusieurs années et doit faire face à un niveau d'endettement qui n'est pas soutenable à long terme". 

Elle rappelle que l'Etat suit de près le dossier depuis 2017 et avait notamment apporté 2 millions d'euros d'avances remboursables. En outre, la région a également fourni des aides.

L'entreprise, implantée à La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret) dans l'agglomération orléanaise et qui emploie 248 salariés, avait dû fortement réduire sa production suite à un incident lié au remplacement de son four en 2017.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.