E.Leclerc reconnaît avoir vendu des produits Lactalis malgré le rappel en vigueur

E.Leclerc reconnaît avoir vendu des produits Lactalis malgré le rappel en vigueur

Le distributeur affirme avoir identifié les consommateurs ayant acheté les produits et "les directions des magasins les contactent actuellement individuellement". Un numéro vert 01.71.53.51.20 a été ouvert

A lire aussi

AFP, publié le mardi 09 janvier 2018 à 21h24

Le premier groupe français de grande distribution E.Leclerc a reconnu mardi avoir vendu dans certains de ses magasins des reliquats de produits Lactalis concernés par le rappel du 21 décembre suite à une contamination à la salmonelle.

De son côté, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a lancé "des investigations" chez le distributeur pour comprendre comment ces produits ont pu être mis en vente, a indiqué à l'AFP Loïc Tanguy, directeur de cabinet de ce service de Bercy.

En dépit du rappel de produits lancé à la suite de la découverte d'une contamination aux salmonelles, "984 produits ont malgré tout été vendus après le rappel dans plusieurs magasins", reconnaît le distributeur dans un communiqué, sans localiser les points de vente concernés.

E.Leclerc explique avoir constaté le problème après avoir procédé à "un audit interne de vérification de la bonne application des mesures de retrait des produits de l'entreprise Lactalis" à la suite d'un problème identifié dans le magasin E.Leclerc de Seclin (Nord).

Les centres E.Leclerc procèdent à "un audit des procédures afin d'identifier précisément les raisons de ce dysfonctionnement et de mettre en place les mesures correctives nécessaires", ajoute le groupe qui dit avoir informé "l'administration compétente".

"La responsabilité porte sur chaque maillon de la chaîne, chacun à la responsabilité d'informer ses clients et d'arrêter de commercialiser les produits dangereux", a déclaré de son côté le responsable de la DGCCRF.

L'ONG de défense des consommateurs, Foodwatch, a quant à elle dénoncé "l'opacité" avec laquelle l'affaire a été gérée. "On ne sait rien: les rappels ont-ils bien été effectués en France, mais aussi dans les 65 autres pays concernés? Où sont les lots? Ont-ils été détruits?", s'interroge-t-elle dans un communiqué.

E.Leclerc affirme avoir identifié les consommateurs ayant acheté les produits, notamment grâce à la carte de fidélité du magasin. "Les directions des magasins les contactent actuellement individuellement", précise le distributeur, qui cherche à joindre les autres clients concernés au travers de leur banque.

Un numéro vert 01.71.53.51.20 a été ouvert.

Le 21 décembre, Lactalis a procédé au rappel de l'ensemble de ses laits et autres produits infantiles produits dans son usine de Craon (Mayenne) depuis février 2017 après la découverte d'une contamination aux salmonelles.

Un premier rappel de certains lots de laits infantiles avait été décrété le 2 décembre puis le gouvernement avait annoncé un retrait massif de produits issus de l'usine de Craon le 10 décembre.

La bactérie à l'origine de la contamination à la salmonelle de cette usine est probablement la même que celle qui a frappé le site en 2005, selon l'Institut Pasteur.

Au 20 décembre, Santé publique France avait recensé 35 nourrissons atteints de salmonellose en France depuis mi-août, dont 31 ayant consommé un lait infantile de l'usine de Craon. 

 
227 commentaires - E.Leclerc reconnaît avoir vendu des produits Lactalis malgré le rappel en vigueur
  • avatar
    trouverlerreur -

    sanctions exemplaires : comme pour les bars , fermeture administrative de trois à six mois ...ils réfléchiraient tous ces directeurs de super marchés ...

  • avatar
    trouverlerreur -

    sanctions exemplaires : comme pour les bars , fermeture administrative de trois à six mois ...ils réfléchiraient tous ces directeurs de super marchés ...

  • avatar
    cqfd65 -

    Le problème essentiel vient du fait que toutes ces grandes surfaces ont tué le petit commerce et que le consommateur n'a bien souvent pas d'autre choix. Les politiques de tous crins ne sont pas innocents de cette situation car une grande surface ce sont des taxes qui rentrent dans le budget de leur commune.

  • avatar
    RAY_30 -

    Dans la grande distribution, Leclerc est le pire des voyous. Et Michel Edouard son patron vient fréquemment à la télévision donner des leçons de morale aux patrons des autres enseignes...

  • avatar
    timele690197 -

    Honte à vous. Vos propos sont racistes, et le CRAN devrait vous poursuivre en justice. Là, vous êtes en train de laisser entendre que les africains sont des sous-hommes qui devraient se contenter de produits rejetés par les européens. Comment pouvez-vous tenir de tels propos ? Un médicament ou nourriture qui n’est pas bon pour un européen, n’est pas bon NON PLUS pour un africain. Vous devriez être condamné à verser à une association qui s’occupe d’enfants en Afrique, à payer une amende mensuelle pendant au moins un an.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]