E-sport aux Emirats: les entrepreneurs locaux veulent leur part du gâteau

Chargement en cours
Des graphistes dans les studios d'animation Lammtara à Dubaï, le 1er mars 2021. Des ingénieurs élaborent des jeux vidéo
Des graphistes dans les studios d'animation Lammtara à Dubaï, le 1er mars 2021. Des ingénieurs élaborent des jeux vidéo
1/3
© AFP, Karim SAHIB

AFP, publié le dimanche 04 avril 2021 à 11h39

Dans un local flambant neuf de Dubaï, des jeunes organisent des compétitions régionales de jeux vidéos sponsorisées par des grandes marques internationales. Dans cet émirat du Golfe, les passionnés d'E-sport ne se contentent plus de consommer, ils veulent devenir acteurs de cette juteuse industrie.

Dans un local flambant neuf de Dubaï, des jeunes organisent des compétitions régionales de jeux vidéos sponsorisées par des grandes marques internationales. Dans cet émirat du Golfe, les passionnés d'E-sport ne se contentent plus de consommer, ils veulent devenir acteurs de cette juteuse industrie.

Saad Khan a mis le pied dans le monde des "gamers" il y a quatre ans en ouvrant des cybercafés. Cet expatrié indien de 45 ans, qui a "toujours" travaillé dans les technologies, a vu dans le succès de ces espaces qui ont pullulé ces dernières années à Dubaï une "énorme opportunité" pour se lancer. 

Mettant à profit ses contacts avec Intel, HP ou Microsoft, il dirige aujourd'hui Gamers Hub Media Events (GHME). L'entreprise, qui vient de s'offrir de nouveaux locaux, produit des compétitions régionales d'e-sport. 

Avec pour objectif de diversifier leur économie dépendante du pétrole, mais aussi pour affirmer leur "soft power" sur la scène mondiale, les Emirats arabes unis, et leur régiment de jeunes expatriés, ont investi divers secteurs, et notamment celui des technologies et des sports.

L'industrie des jeux vidéos connaît une croissance de 12% chaque année et a rapporté quelque 139,9 milliards de dollars (118,9 milliards d'euros) en 2020, selon la société américaine de mesure de la consommation Nielsen.

Rien que dans le Golfe, ce montant devrait atteindre 821 millions de dollars (698 millions d'euros) en 2021, avec les Emirats et l'Arabie saoudite comme principaux consommateurs de produits internationaux, estime le cabinet de conseil Strategy&.

- "Ecosystème en formation" -

"La valeur du sponsoring a augmenté, le nombre de joueurs a augmenté. Et je vois aussi beaucoup de très bonnes équipes qui prennent forment et se professionnalisent, ce qui n'était pas le cas avant", observe Saad Khan, qui a refusé de dévoiler le montant de ses bénéfices.

L'année dernière, son entreprise a décroché un gros contrat avec BMW qui organise des compétions régionales. Et GHME vise plus loin, avec l'ouverture de bureaux à Barcelone, en Inde ou en Afrique du Sud pour couvrir d'autres régions.

Passionné de jeux vidéos, Ghazi Beydoun est chargé du développement commercial à GHME. Pour lui, l'avenir de l'e-sport au Moyen-Orient est prometteur.

"Nous avons beaucoup de talents qui manquent de soutien". Mais "ce soutien commence à venir", explique cet expatrié libanais de 29 ans, évoquant les équipes libanaise, jordanienne, égyptienne, saoudienne ou émiratie qui se distinguent.

Selon lui, "un écosystème se forme petit à petit et va s'améliorer et s'agrandir".

Avec 25 ans d'expérience dans le secteur, Geraint Bungay veut lui aussi faire partie de ce nouvel écosystème grâce à Boss Bunny Games. Cette entreprise qu'il a fondée à Dubaï travaille actuellement sur la création de ce que les Emirats présentent comme le "premier jeu vidéo inspiré de la culture du Golfe". 

Sa sortie est prévue pour la rentrée. Le jeu repose sur quatre femmes émiraties: les célèbres personnages de Freej, un dessin animé local populaire. 

- Un marché régional insoupçonné -

"C'est une initiative 100% privée mais nous bénéficions d'un énorme soutien du gouvernement", explique à l'AFP M. Bungay.

Ce Britannique a choisi Dubaï il y a un an et demi pour son appétit envers ce secteur, ses ingénieurs venus du monde entier et aussi l'important marché que représente son grand voisin, l'Arabie saoudite.

"L'Arabie saoudite est cinquième au monde pour les jeux vidéos en termes de revenus, donc c'est un marché absolument énorme. Avant d'arriver dans la région, je n'avais pas réalisé cela". 

"Beaucoup de gens ne réalisent pas la taille du marché des jeux vidéos dans la région en général", ajoute-t-il.

L'appétit des Etats du Golfe pour l'e-sport s'inscrit dans une quête plus générale d'"autosuffisance" et d'"industries locales", estime Robert Mogielnicki, du centre de réflexion Arab Gulf States Institute, basé à Washington.

"L'e-sport et les autres industries du jeu offrent de nouvelles plateformes aux gouvernements et aux entreprises du Golfe pour atteindre un public mondial", explique le chercheur. 

Dans une quête permanente de bonne image, "il ne s'agit pas seulement de divertir les jeunes", majoritaires dans ces pays, mais aussi de "dépeindre les sociétés du Golfe comme des pôles florissants et créatifs".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.